Retour à la liste
La   France,   dit-on,   est   le   pays   de   la   liberté.   Dans   le domaine   des   idées,   cela   reste   à   démontrer.   Car   sur   la scène    politique,    culturelle    et    médiatique,    tout    se passe   comme   si   un   petit   milieu   détenait   la   vérité.   En 1950,   les   élites   exaltaient   Staline.   En   1960,   elles assuraient     que     la     décolonisation     apporterait     le bonheur   outre-mer.   En   1965,   elles   s'enflammaient pour   Mao   ou   Fidel   Castro.   En   1968,   elles   rêvaient d'abolir    toute    contrainte    sociale.    En    1975,    elles saluaient   la   victoire   du   communisme   en   Indochine. En    1981,    elles    croyaient    quitter    la    nuit    pour    la lumière.   En   1985,   elles   proclamaient   que   la   France devait   accueillir   les   déshérités   de   la   terre   entière. Dans   les   années   1990,   ces   mêmes   élites   affirmaient que    le    temps    des    nations,    des    familles    et    des religions   était   terminé.   Pendant   cinquante   ans,   les esprits   réfractaires   à   ce   discours   ont   été   discrédités, et   les   faits   qui   contredisaient   l'idéologie   dominante ont   été   passés   sous   silence.   C'est   cela,   le   terrorisme intellectuel.      Pratiquant      l'amalgame,      le      procès d'intention     et     la     chasse     aux     sorcières,     cette mécanique   totalitaire   fait   obstacle   à   tout   vrai   débat   sur   les   questions   qui   engagent   l'avenir. Journaliste,   Jean   Sévillia   est   rédacteur   en   chef   adjoint   au   Figaro   Magazine.   Il   a   déjà   publié chez   Perrin   Le   Chouan   du   Tyrol ,   Andréas   contre   Napoléon    (1991)   et   Zita,   impératrice courage    (1997,   40 000   exemplaires).   Historiquement   correct   paru   en   2003   a   connu   un   très grand   succès   de   librairie   (80   000   exemplaires),   de   même   que   la   première   édition   de   ce Terrorisme intellectuel  (près de 50 000 exemplaires).
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux