Retour à la liste
Extérieurement      j'ai      vécu      à      l’époque      l'expression   République   des   lettres   désignait   plus ou      moins      ironiquement,      le      petit      échiquier étroitement   parisien   ou   festivalier,   plus   que   jamais agité,    dont    les    pièces    du    jeu    annuel    sont    des centaines   de   romans   et   la   récompense   des   parties gagnées,      des      dizaines      de      prix      littéraires. Intérieurement   pendant   plus   d'un   demi-siècle,   j'ai malgré   tout   vécu   privément   avec   quelques   amis   et depuis   moins   longtemps   dans   l'actuelle   Académie des     Inscriptions,     au     sein     d'une     République européenne   des   Lettres   d'un   tout   autre   genre   et d'une    tout    autre    époque.    Tel    aura    été    mon    « engagement      ».     Me     dégageant     de     l'actualité présente   sans   pour   autant   l'ignorer   j'ai   cherché   à comprendre   l'actualité   disparue   d'une   société   de savants   lettrés   solidaires   où   je   me   plaisais   et   qui   évoluait   étrangement   avec   une   jalouse liberté   de   mouvement   et   d'esprit   dans   des   régimes   politiques   et   religieux   qui,   selon   nos critères    actuels,    passent    pour    despotiques.    Cette    étrangeté    ou,    si    l’on    préfère,    ce paradoxe   continue   à   me   fasciner   bien   que   peu   à   peu   j'aie   mieux   compris   le   secret avantage   dont   jouissaient   en   pleine   connaissance   de   cause   mes   amis   (et   objets   d'étude) :   celui   de   savoir   vivre   sur   deux   étages   du   temps   l'un   se   réfléchissant   dans   l'autre,   l'un hors   du   temps   parce   que   fruit   mûr   du   temps,   l'Antiquité   gréco-romaine,   et   l'autre   dans un   tout   autre   temps   historique,   en   voie   à   son   tour   de   mûrissement,   mais   cette   fois   sans le   réflecteur   des   «   humanités    »,   et   de   plus   en   plus   déboussolé   depuis   que   ce   miroir   lui a été ôté.
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux