Retour à la liste
Denis   Tillinac   se   veut   et   se   vit   «   réac    »   au   sens   plein   du terme   :   en   réaction   contre   les   tendances   lourdes   de   son époque.   S'il   a   soutenu   des   politiques,   notamment   son   ami Chirac,   il   n'a   jamais   appartenu   à   un   parti   et   jamais   renoncé à   son   indépendance.   Comme   le   «  mécontemporain    »   de Finkielkraut,   il   se   sent   totalement   en   exil   dans   le   monde contemporain.   Il   le   juge   trop   mercantile,   trop   mécanique, trop   inélégant,   trop   harcelant,   trop   immanent.   C'est   un            « réac   »   métaphysique   et   esthétique   qui   fait   l'apologie   de l'harmonie,   de   la   lenteur,   du   détachement,   de   l'intériorité, du   jardin   secret,   de   l'ironie,   du   regret,   de   l'altitude.   Son livre   explicite   une   sensibilité   toute   en   nuances   et   fait   un sort   au   sens   communément   admis   du   mot   «   réac   ».   Il   peut être   rétro,   passéiste,   esthète,   élitiste,il   ne   se   polarise   pas   sur un    «    retour     »    politique    ou    autre.    Il    démystifie    la    « modernité    »   et   son   couple   branché-ringard   au   bénéfice   d'un système    de    valeurs    moins    évanescent,    moins    éphémère. Nostalgique   d'un   royaume   dont   il   se   sent   dépossédé,   il   habite   son   jardin   secret,   une thébaïde   où   se   côtoient   joyeusement   Ophélie   et   Baudelaire,   Saint-Benoît   Labre   et d'Artagnan,   Chateaubriand,   Fra   Angelico   et   Van   Gogh,   Tintin,   le   roi   Pelé,   les   frères Boniface,   Jane   Austen,   Lampedusa   et   tant   d'autres   créateurs.   Ce   livre   séduira   les insoumis,   les   désenchantés   et   les   assoiffés   d'idéal   de   toutes   tendances   et   de   tous   les âges.   Il   est   peut-être   politique,   mais   au   sens   noble   du   terme   car   il   ne   propose   pas moins qu'une attitude intellectuelle, morale et existentielle.
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux