Cliquez sur l’image pour accéder au site
Tout   était   nouveau   ;   tout   devait   être   beau,   facile,   agréable. C’était   il   y   a   un   an.   La   France   ne   pouvait   que   sortir   du marasme   et   les   Français   que   retrouver   leur   enthousiasme. L’illusion   n’a   pas   duré   le   temps   d’une   année.   Macron   s’est cru   un   cas   unique   ;   il   ressemble   de   plus   en   plus   à   ses prédécesseurs     :     même     chute     de     popularité,     même déception,    même    recherche    désespérée    dans    toutes    les directions    d’électorats    divers    et    variés    pour    regarnir    sa gibecière   vidée,   et   jusqu’aux   chasseurs   !   Cet   exercice   le force   à   des   contradictions   insurmontables   qu’aucun   «   en même temps » ne résoudra. Nicolas   Hulot   a   quitté   le   gouvernement.   C’était   prévisible. Il   l’a   fait   sans   ménagement   ;   il   a   démissionné   sans   se présenter   devant   le   chef   de   l’État   ni   devant   le   chef   du gouvernement.   Il   s’est   cru   insulté   ;   il   a   insulté   en   retour   !   Il avait   le   sentiment   d’être   un   pantin,   ce   qui   était   évident.   Le ministre   de   la   Transition   écologique   ne   peut   être   qu’une sorte     de     caution     morale     dans     un     gouvernement     de techniciens,   pour   ne   pas   dire   de   technocrates,   chargé   de faire   adopter   des   mesures   économiques   commandées   par Bruxelles   et   sous   la   pression   d’une   conjoncture   de   moins en    moins    favorable.    L’écologie    politique    n’est    qu’un discours.    Arrêter    le    nucléaire    est    impossible    et    serait suicidaire   ;   construire   des   éoliennes   sur   tous   les   horizons commence     à     indisposer     les     Français     qui     se     sentent violenter.   Le   reste   ne   peut   être   que   des   mesurettes   entre l’absurde,    l’inutile,    le    superflu    qui    coûte    toujours    cher. Hulot   n’est   pas   à   plaindre   ;   il   retournera   à   cette   écologie profitable   qui   est   sa   marque   de   fabrique   et   qui   lui   donne   de   solides   revenus.   Son   discours   se   vendra   d’autant   plus cher. À   l’heure   où   s’imprime   ce   numéro   de   Politique   magazine,   le   successeur   n’est   pas   encore   connu.   Il   suffit   de   savoir que   Daniel   Cohn-Bendit   a   été,   un   moment,   pressenti   pour   comprendre   que   Macron   n’a   pas   changé   de   stratégie.   Le prochain   titulaire,   quel   qu’il   soit,   sera   donc   nécessairement   un   sous-Cohn-Bendit   et   un   sous-Hulot!   Un   choix   pour   la com’ et un choix par défaut ! Le   chef   de   l’État   ne   sait   pas   ce   qu’est   la   France.   Il   joue   avec   des   notoriétés   médiatiques,   des   équilibres   d’influence. Sa   politique   dite   d’ouverture   s’enferme   sur   elle-même   ;   elle   s’enroule   inéluctablement   dans   un   cercle   fermé   de connivences qui ne tournent qu’autour de sa personne. À quoi sert le remaniement ? C’est   si   vrai   que   Stéphane   Bern   fait   savoir   aussi   son   mécontentement.   Et,   lui,   il   sait   de   quoi   il   parle   :   le   patrimoine français,   il   le   connaît   et   vraiment   :   villages,   villes,   clochers,   châteaux.   Il   a   vu,   commenté,   apprécié   ;   il   défend   et promeut   avec   sincérité,   s’étant   lui-même   personnellement   mis   à   la   tâche.   Il   ne   fait   pas   de   politique   :   il   cherche   à sauver   des   monuments   ;   il   essaye   de   trouver   de   l’argent   ;   il   travaille   ;   il   fixe   des   priorités.   Le   ministère   de   la   Culture est   dirigé   n’importe   comment   ;   y   a   sévi   jusqu’à   aujourd’hui   une   dame   qui   est   en   froid   avec   la   justice,   qui,   enivrée   par son   poste,   s’est   crue   arrivée   et   qui   est   incapable   d’assurer   les   directions   de   son   ministère   dont   plusieurs   sont   privées de   titulaire.   Le   ministère   ne   vient   pas   en   aide   à   une   personnalité   comme   Stéphane   Bern   ;   il   dépense   son   maigre argent   à   tout-va   pour   des   questions   de   prestige   et   sur   les   choix   idéologiques   et   capricieux   de   Madame.   Sa   sotte suffisance   a   déjà   fait   démissionner   la   commission   chargée   des   commémorations   nationales.   Maintenant,   elle   a décidé,   pour   faire   plaisir   aux   gens   d’argent   –   telle   est   la   macronie   –,   d’écarter   des   décisions   concernant   le   patrimoine les   architectes   des   bâtiments   de   France   :   ces   hauts   fonctionnaires   d’une   remarquable   culture   –   nous   en   avons   encore –   sont   les   vrais   gardiens   de   notre   patrimoine.   Stéphane   Bern   menace   de   démissionner   lui   aussi   ;   il   ne   veut   pas   être condamné à jouer les utilités. Alors qui, demain, au ministère de la Culture ? La   macronie   est-elle   capable   d’offrir   un   candidat   de   valeur   ?   Et   Macron   est-il   capable   de   choisir   en   dehors   de   ses calculs personnels. À quoi sert le remaniement ? À   prendre   tous   les   ministères,   les   uns   après   les   autres,   y   compris   les   régaliens,   les   mêmes   problèmes   se   posent partout   :   la   Justice,   l’Intérieur,   la   Défense,   les Affaires   étrangères,   l’Économie   et   le   Budget.   Ni   la   sécurité   intérieure, ni   la   sécurité   extérieure   ne   sont   assurées   ;   la   France   est   envahie   et   n’est   pas   défendue.   Les   migrants   sont   livrés   aux passeurs   et   aux   marchands   de   sommeil.   Et   les   Français   doivent   payer   et   toujours   payer…Et   ne   parlons   pas   de Madame   Schiappa   qui   a   soulevé   l’indignation   de   toutes   les   associations   de   défense   des   enfants   mineurs   pour   son refus   de   fixer   un   âge   minimum   de   protection   légale   de   l’enfance   face   aux   prédateurs   sexuels.   À   croire   que…   Mais elle   est   connue   pour   sa   propre   littérature   et   son   soutien   personnel   à   toutes   les   déviances   !   C’est   qu’on   est   en macronie. Les   Français   se   sont   trompés   d’homme   fort   :   une   fois   de   plus   !   Il   faudrait   un   gouvernement   resserré   et   rassemblé avec   de   fortes   personnalités,   toutes   vouées   au   seul   service   de   la   France.   Car,   après   tout,   c’est   pour   cet   unique   but qu’il   existe   un   État   français.   Les   Français   sont   lassés   des   discours   ;   ils   sont   indignés   d’un   chef   de   l’État   qui   passe sont   temps   à   l’Étranger   à   les   insulter.   Et   qui   pense   qu’il   n’existe   pas   plus   de   Français   que   de   Danois   !   Macron   lutte contre   «   le   nationalisme   »,   c’est   sa   ligne   électorale,   tout   en   étant   obligé   de   constater   que   le   «   nationalisme   »   renaît partout.     Concrètement,     il     alimente     celui     des     autres     pendant     qu’il     ne     cesse     d’affaiblir     politiquement, économiquement, socialement, ce qui peut rester encore de forces françaises. Cet homme n’aime pas la France, il s’aime lui-même. À quoi sert le remaniement ?
À quoi sert le remaniement ministériel ?
Retour à la liste Retour à la liste
Éditorial du n° 172 - Septembre 2018
Difficile rentrée
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux