Cliquez sur l’image pour accéder au site
Toute   la   France   a   vu   les   photos   et   les   vidéos.   Le   21   juin,   fête   de   la   musique,   dans   la   cour   de l’Élysée,   sous   la   direction   du   DJ   Kiddy   Smile,   des   danseurs   du   même   groupe,   hommes   et femmes,   en   tenues   résillées   et   agressivement   dénudées, ont   développé   leurs   figures   de   danses   appelées   voguing sur     les     marches     du     palais     présidentiel,     succession sauvage    de    déhanchements    délirants,    d’exhibitions    de fessiers    et    de    poses    ultra-provocantes,    suggérant    une sexualité   totalement   débridée…   et   quelle   sexualité   !   Ce voguing   est   pratiqué   dans   les   communautés   LGBT   afro- américaines   et   s’est   répandu   partout   dans   les   clubs   de même   genre   et   jusqu’à   l’Élysée   maintenant   sous   les   yeux émerveillés     et     amusés     d’Emmanuel     et     de     Brigitte Macron.   On   imagine   Coty   et   de   Gaulle   devant   un   tel spectacle ! Kiddy   Smile   revendiquait   sa   singularité   en   l’affichant   en toutes   lettres   sur   son   T-shirt   :   fils   d’immigrés   noir   et   PD. Il   venait,   a-t-il   déclaré   ouvertement,   manifester   ce   qu’il était   et   ce   qu’il   voulait.   Apparemment   donc   en   accord complet   avec   les   services   de   communication   de   l’Élysée qui   –   on   le   sait   maintenant   –   pensaient   faire   un   bon   coup, sortir   de   l’ordinaire   comme   d’habitude   ;   la   presse   pouvait titrer   :   cinq   stars   de   l’électro   ont   mixé   jeudi   soir   dans   la cour du palais de l’Élysée. Peut-on faire plus moderne ? Sur   son   compte   facebook,   Kiddy   Smile   expliquait   tout   uniment   qu’il   méprisait   l’Élysée, symbole   d’oppression,   mais   qu’il   voulait   profiter   de   la   fête,   de   l’invitation   et   du   lieu   pour dénoncer   la   loi Asile   et   immigration,   le   tout   dans   un   sabir   dégoulinant   de   haine.   Il   faut   lire le texte, qui, curieusement, n’apparaît plus sur les pages google. Les   paroles   prétendument   chantées,   en   fait   hurlées,   étaient   d’une   violence,   d’une   vulgarité, d’une   grossièreté   invraisemblables.   Et   voyez   les   photos   :   Emmanuel   Macron   rigole,   Brigitte est   aux   anges   !   Ils   se   font   prendre   en   photo   avec   le   groupe   à   moitié   nu.   Dike   Smile   entoure de   son   bras   Brigitte   et   de   l’autre   qu’il   brandit   avec   deux   doigts   en   forme   de   V   victorieux, fait   un   indubitable   signe   sexuel   qui   ne   peut   se   traduire   que   par   un   outrage   grossier   à   la première dame de France. Impudeur et impudence de ce je vous ai bien eu ! Mais   Emmanuel   sourit   :   «   Ça   fait   du   buzz   »,   dit-il.   «   Et   les   gens   adorent   !   »,   ajoute-t-il.   Il est   content   de   lui.   Et   Christophe   Castaner,   son   affidé   de   service,   de   vouloir   diffuser   partout la   photo.   Et   ceux   qui   protesteront   devant   tant   de   choquantes   provocations,   indignes   de   la France, ne seront que des racistes et des homophobes ! Évidemment.             Franchement,   quel   mépris   pour   les   Français   noirs   de   les   amalgamer   à   cette   bande   et   à   de telles folies. Un peu de respect, s’il vous plaît. Le   26   juin,   Emmanuel   Macron   rencontrait   le   pape   François   au   Vatican.   Entretien   d’une heure   qualifié   de   «   très   libre   et   intense   »   et   de   «   chaleureux   ».   Les   communiqués   font   la liste   des   sujets   abordés   soit   avec   François,   soit   avec   son   secrétaire   d’État   le   cardinal   Pietro Parolin   :   protection   de   l’environnement,   migrations,   prévention   et   résolution   des   conflits, désarmement,   Moyen-Orient,   Afrique,   réflexion   conjointe   sur   les   perspective   du   projet européen.    Le    président    a    ajouté    que    face    à    François    il    avait    exposé    clairement    le positionnement   français   sur   les   questions   sociétales   –   tout   le   monde   comprend   ce   que   cela veut   dire   –   et   sa   conception   de   la   laïcité   qui   n’était   pas   un   refus   de   la   religion.   À   preuve,   il venait   prendre   officiellement   son   siège   de   chanoine   d’honneur   de   la   cathédrale   du   Latran, en   tant   que   chef   de   l’État   français.   Le   Pape,   aux   dires   de   Macron,   a   reconnu   «   toutes   les difficultés   de   la   gestion   de   ces   questions   »   !   Ils   se   sont   retrouvés   d’accord   sur   l’accueil   des migrants   et   pour   contrer   «   les   populismes   ».   Le   président   parle   de   convergence   avec   le   Pape sur   une   certaine   conception   de   l’homme   et   sur   les   valeurs   de   l’Europe.   On   ne   devine   que trop   de   quoi   il   s’agit.   Et,   de   manière   surprenante,   c’est   sur   ces   belles   paroles   qu’ils   se   sont embrassés,   Macron,   selon   son   habitude,   cajolant   la   joue   de   François   avec   une   familiarité inconvenante. Qu’en    ressort-il    ?    Que    «    les    questions    qui    fâchent    »    pour    reprendre    l’expression macronienne   sont   secondaires.   Pour   les   deux   :   Macron   et   François   ?   Que   la   seule   lutte convergente   et   qui   vaille   doit   se   porter   contre   «   le   populisme   ».   Pour   Macron,   on   le   sait, c’est   «   la   peste   »   qui   s’étend   en   Europe   :   «   Populistes   »,   les   Polonais   qui   viennent   de   signer une   déclaration   commune   avec   Israël,   «   populiste   »,   le   chancelier   autrichien   Sébastian   Kurz qui   vient   de   prendre   la   tête   de   l’Union   européenne,   «   populiste   »,   le   gouvernement   italien   ! Bref   tous   les   peuples   «   populistes   »      !   Donc   «      lépreux   »,   donc   à   mettre   en   quarantaine   ! Sauf   Macron,   le   seul   pur,   le   seul   intelligent,   le   seul   qui   voit   où   est   le   bien   et   le   mal.   Quelle com’ ! Comment   ne   pas   ressentir   le   même   malaise   en   entendant   Macron   récupérer   à   sa   manière   et pour   sa   com’   la   panthéonisation   de   Simone Veil   le   1er   juillet.   Pour   qui   a   lu   les   Mémoires   de l’ancienne   ministre   et   présidente   du   parlement   européen   ,   il   n’est   pas   sûr   que   ce   genre   de cérémonie   à   prétention   de   religion   laïque   lui   aurait   plu.   La   pensée   de   se   retrouver   à   côté   de Voltaire,    l’auteur    sans    doute    le    plus    antisémite    de    la    littérature    française    et    dont    une promotion   de   notre   énarchie   se   glorifie   de   porter   le   nom   et   donc   les   idées   –   celle   de Hollande   et   de   Royal,   celle   qui   a   détruit   la   France   !   –   dans   la   crypte   réservée   aux   grands hommes, l’aurait vraisemblablement indisposée. Mais   qu’importe   pour   Macron   !   Morts,   vivants,   histoire,   passé,   futur,   religion,   tout   est   bon pour sa com’. À   lui   !   Ce   n’est   pas   un   chef   de   l’État,   c’est   un   roi   de   la   com’.   Il   paraît   que   les   Français commencent à se le dire.
Retour à la liste Retour à la liste
Éditorial du n° 171 - Juillet  2018
La com’ du président
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux