Cliquez sur l’image pour accéder au site
Dans    la    foule    des    15    000    manifestants    du    défilé    du    1er    mai    à    Paris,    la    police    a dénombré   1   200   «   casseurs   »,   venus   dans   l’unique   intention   d’en   découdre,   de   régler leur    compte    avec    la    société    et    de    causer    le    plus possible     de     dégâts.     Les     forces     de     l’ordre     plus spécialement    chargées    de    contenir    et    d’arrêter    ces émeutiers   ultra-violents   se   montaient   à   environ   1   200 hommes,   des   CRS,   soit   le   même   nombre   que   les   « casseurs   ».   Pour   le   reste,   en   quelque   sorte,   la   police habituelle suffisait. Il   n’est   pas   douteux   que   la   Préfecture   de   police   et   le ministère   de   l’Intérieur   ont   donné   des   ordres   pour   éviter au   mieux   ce   qu’il   est   convenu   d’appeler   «   les   dommages collatéraux   ».   C’est-à-dire   des   passants,   autrement   dit   des manifestants    «    honnêtes    »    (!)    ou    des    «    curieux    »    se hasardant   sur   les   lieux,   qui   pourraient   être   bousculés   ou blessés   à   l’occasion   de   charges   policières   ou   de   heurts frontaux.    Ce    qui    provoquerait    aussitôt    des    hurlements d’indignation,     l’indignation     ne     fonctionnant     comme toujours   qu’à   sens   unique   !   La   grande   voix   de   Libération, entre   autres,   ne   manquerait   pas   de   se   faire   redoutable   :   le bourgeois   anarchiste   et   gauchard   adore   le   désordre,   tant, bien sûr, que les coups ne l’atteignent pas. Donc,   les   cortèges   se   rassemblent   librement.   Il   est   connu d’avance   par   les   réseaux   sociaux   et   par   les   renseignements   que   l’ultra-gauche   sera   de   la partie   et   mènera   la   danse.   Le   petit   monde   cagoulé   du   black   bloc   est   au   rendez-vous   sans problème.   Pas   question   de   procéder   à   des   arrestations   préventives,   contrairement   à   tous   les usages   de   naguère.   Et   voitures   de   brûler,   devantures   d’exploser,   magasins   et   établissements d’être   saccagés,   pillés,   détruits.   Et   policiers   et   gendarmes   d’être   blessés   :   s’ils   pouvaient être massacrés, ils le seraient. Le   bon   vieux   défilé   syndical,   où   le   service   d’ordre   de   la   manifestation   faisait   lui-même   la police,   n’existe   plus.   C’est   la   raison   pour   laquelle,   en   dehors   de   la   CGT   et   de   Sud,   il   ne   se pratique   presque   plus.   Les   risques   de   débordements   sont   trop   importants.   L’heure   est   à l’affrontement   brutal.   Des   minorités   s’essayent   de   plus   en   plus   à   créer   soit   des   zones   de non-droit,   soit   des   journées   insurrectionnelles.   Jeux   plus   ou   moins   infantiles,   plan   concerté, excitation    de    l’imagination,    désir    d’un    «    jusqu’auboutisme    »    qu’on    croit    libérateur    ; mélange   de   tout   cela,   sans   doute.   Jeunesse   désœuvrée   et   livrée   à   toutes   les   propagandes   ; société   éclatée,   privée   d’autorités   naturelles,   toutes   systématiquement   détruites   par   la   loi elle-même   ;   «   communautarismes   »   flagrants   qui   s’étendent   sur   des   villes   entières   et   qui refusent   la   nation,   qui   récusent   la   France   et   tout   ce   qu’elle   représente,   et   où   l’islamisme règne   en   maître   ;   enseignement   et   médias   qui   ne   cessent   d’inspirer   le   mépris   de   l’histoire, de l’ordre, de la vraie famille, de la société traditionnelle… Bref,   tous   les   fruits   gâtés   de   mai   1968   s’accumulent   en   pourritures,   du   bas   en   haut   de la société, en ce mois de mai 2018. Facultés,   bientôt   lycées,   quartiers,   villes   –   même   avec   leur   maire   et   leur   député   de   gauche, d’archi-gauche   qui   ont   l’inconscient   culot   de   s’en   étonner   !   –,   maintenant   zones   entières   de départements   et   de   régions   en   sécession   pratique   où   aucune   police   et   aucun   service   d’Etat ne   peut   pénétrer.   La   aucun   service   d’État   ne   peut   pénétrer.   La   situation   est   tenue   en   main, dit-on   dans   les   hautes   sphères   pour   se   rassurer.   Voire   !   La   fameuse   convergence   des   luttes souhaitées   par   le   bourgeois   Mélenchon   qui   se   fait   plaisir   à   jouer   le   tribun   de   gauche,   se feront   tout   autrement   que   ce   que   des   imaginations   politiciennes   croient   inventer.   Qui,   dans les banlieues, croit encore dans la République bourgeoise ? Pour   le   moment,   Macron,   en   rappelant   à   l’ordre,   pense   ramasser   une   fois   de   plus   la   mise   à son   profit.   C’est   le   calcul   républicain.   Mais   chacun   devine   que   tout   peut   échapper.   A   force de   glorifier   la   révolution   comme   principe   même   de   gouvernement,   tous,   de   droite   comme de gauche, ne font que rendre la France complice de sa propre destruction. Jusqu’où ?
Retour à la liste Retour à la liste
Éditorial du n° 169- Mai 2018
Mai 68 - Mai 2018
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux