Cliquez sur l’image pour accéder au site
Retour à la liste Retour à la liste
Éditorial du n° 167- Mars 2018
Qu’est la paysannerie devenue ?
En   France,   un   agriculteur   se   suicide   tous   les   deux   jours   ;   c’est le   taux   de   suicide   le   plus   élevé   de   toute   les   professions.   En dehors      de      quelques      filières      et      de      quelques      régions naturellement    favorisées    –    et,    il    faut    le    dire,    largement soutenues    –,    l’ensemble    du    monde    agricole    souffre    –    et terriblement.      Il      s’amenuise      en      peau      de      chagrin      et, financièrement,   il   est   réduit   à   une   portion   qui   n’est   même   plus «   congrue   ».   Un   peu   plus   de   600   000   chefs   d’exploitation   –   et encore   !   –   représentent   le   secteur   agricole   dont   les   3/4   ont   du mal   à   vivre.   En   dix   ans   le   nombre   a   diminué   de   21   %,   ce   qui correspondait,   sans   que   cela   soit   clairement   dit,   aux   objectifs de   la   PAC.   Et   malgré   la   PAC   et   ses   systèmes   compliqués   de subventions,   malgré   les   promesses   de   tous   les   politiciens,   leur sort   ne   s’est   pas   amélioré.   41   %   vont   encore   dans   les   années qui    viennent    partir    à    la    retraite.    Autrement    dit    ce    monde agricole n’est plus une force électorale ! L’objectif     de     l’État     français     comme     de     la     Commission bruxelloise   –   qui,   d’ailleurs,   se   disputaient   sur   les   détails   tenait   en   quelques   mots-clefs   :   compétitivité,   taille   critique, investissement   productif,   gestion   managériale,   modernisation, ouverture   à   la   mondialisation,   protection   orientée   par   des   aides ciblées      mais      respectant      la      sacro-sainte      concurrence, constitution   de   marchés   et   organisation   de   filières,   système   de prêts   bancaires,   toujours   prétendument   avantageux,   soutien   de la   qualité   bio   et   du   souci   environnemental,   bref   tout   y   était.   Le   moins   que   l’on   puisse   dire,   malgré   les   prétentions technocratiques    de    ces    beaux    messieurs    qui    font    de    l’agriculture    avec    des    dossiers    et    des    chiffres,    c’est    que pratiquement   rien   n’a   réussi.   C’est   un   échec   et   qui   coûte   cher   à   la   France,   à   l’Europe   aussi,   mais   surtout   aux agriculteurs pressurés de tous les côtés et obligés de vendre à perte. Emmanuel   Macron   le   sait   ;   il   a   étudié   les   fameux   dossiers   mal   foutus   que   lui   ont   légués   ses   prédécesseurs. Avec   un certain   cran,   il   a   affronté   les   difficultés   en   passant   plus   de   12   heures   au   Salon   international   de   l’agriculture   le   samedi 24 février, le plus long temps qu’un responsable politique y ait jamais passé. Le   jeudi   précédent   il   avait   convoqué   à   l’Élysée   mille   jeunes   agriculteurs.   Il   leur   a   parlé   pendant   plus   d’une   heure. Portant   des   jugements   extrêmement   sévères   sur   les   gouvernements   précédents,   il   a   prétendu   se   démarquer   d’eux.   Il   a expliqué   à   cette   «   nouvelle   génération   »   son   «   plan   »   d’avenir   à   lui,   lui   qui   est   de   la   même   génération   et   qui   à   la ferme   intention   de   tout   renouveler.   Le   mot   «   plan   »   est   revenu   dix   fois   dans   sa   bouche.   Et   qu’est-ce   que   ce   plan   ?   Eh bien,   aussi   surprenant   que   ça   puisse   paraître,   c’est   encore   et   toujours   la   même   chose   !   Les   aides   de   la   PAC   qu’il   faut obtenir,   en   particulier   celles   qui   ne   sont   versées   qu’avec   retard,   les   MAEC   (mesures   agro-environnementales   et climatiques),   les   ICHN   (aides   compensatrices   des   handicaps   naturels)   ;   la   PAC   elle-même   pour   laquelle   lui   et   son ministre   de   l’agriculture   vont   se   battre,   sachant   qu’une   partie   des   aides   sera   supprimée,   –   mais   au   fait,   si   les partenaires   européens   s’opposent   au   «   plan   »   Macron,   que   se   passera-t-il   ?   –   ;   la   filière   bovine   dont   il   va   s’occuper personnellement   tout   en   vantant   l’accord   avec   le   Mercosur   –   l’Amérique   latine   –   qui   aboutira   à   la   saturation   de   nos marchés,   car   CETA,   Mercosur,   c’est   la   mondialisation   dans   laquelle   Macron   s’est   juré   de   faire   entrer   la   France,   tout en   reconnaissant   en   incise   que,   jusqu’à   aujourd’hui,   c’est   un   marché   de   dupes.   Cependant,   «   le   Mercosur   n’est   pas   le problème   »,   dit   Macron,   «   les   yeux   dans   les   yeux   »   ;   évidemment   c’est   la   politique   européenne   qui   a   déjà   causé   ce désastre. Pourtant il ne s’en dédit pas ; il rassure en affirmant qu’il marquera « les lignes rouges » ! Dix fois répété ! Mais   voilà   :   il   faut   que   «   l’exploitant   agricole   »   devienne   un   «   entrepreneur   agricole   »   ;   «   Il   faut   changer   les   choses »,   «   mener   une   vraie   révolution   culturelle   ».   Les   États   généraux   de   l’alimentation   qu’il   a   initiés,   «   permettront d’avoir   des   organisations   de   producteurs   qui   négocieront   avec   le   transformateur   et   le   distributeur   les   bons   prix   ». Ah bon ! Et le droit de la concurrence européenne qui aboutit à la braderie du capital et du revenu français ? Alors   Macron   revient   sur   les   mêmes   concepts   de   «   modernisation   des   structures   »,   «   de   taille   critique   »,   de   « pédagogie   »,   de   «   plan   »   de   5   milliards   dont   1,4   seront   des   prêts.   C’est   du   déjà   vu,   archi-vu.   Le   président   avoue ingénument   «   que   plus   personne   ne   comprend   ce   que   fait   l’État   et   ce   que   font   les   régions   ».   Il   ose   parler   d’aide   au foncier,   «   d’investissement   stratégique   dont   dépend   notre   souveraineté   »,   lui   qui   ne   croit   plus,   comme   il   l’a   dit   cent fois,   qu’à   la   seule   souveraineté   européenne,   et   au   moment   même   où   on   apprend   qu’un   Chinois   s’est   acheté   1000 hectares dans l’Allier. Un cas qui va devenir de plus en plus fréquent. «   Je   ne   suis   pas   là   pour   plaire,   a-t-il   dit,   je   suis   là   pour   faire   ».   Il   est   terrible   de   penser   que   le   sort   de   la   paysannerie française   dépend   des   «   plans   »   d’un   inspecteur   des   finances.   Où   donc   est   le   brave   Sully   avec   son   bon   sens   :   « labourage   et   pâturage   sont   les   deux   mamelles   dont   la   France   est   alimentée   et   les   vrais   mines   et   trésors   du   Pérou   »   ? Il est vrai que Sully servait Henri IV.   ■
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux