Cliquez sur l’image pour accéder au site
Retour à la liste Retour à la liste
Éditorial du n° 163- Septembre 2017
Prophète de l’Europe
Il   est   terrible   pour   un   pays   d’avoir   pour   chef   un   esprit faux. Notre   président   s’agite   :   il   essaye   d’être   sur   tous   les   fronts. Partout,    ce    ne    sont    que    discours,    les    uns    soigneusement préparés,   prolixes   autant   que   minutieux,   les   autres   jetés   à   la venvole   comme   autant   de   propos   perdus   où   se   glissent   des répliques   incongrues   qui   ne   révèlent   que   trop   ce   que   l’homme est et ce qu’il pense. Des réformes. Pourquoi ? Il   s’exténue   et   il   exténue   ses   ministres   à   tenter   de   résoudre   des problèmes,   en   fait,   dans   le   cadre   actuel,   sans   solution.   Il   le   sait, d’ailleurs,   pertinemment.   Plus   rien   de   ce   dont   s’occupent   l’État et   les   pouvoirs   publics,   ne   fonctionne   correctement   en   France. Les   premiers   à   le   dire   sont   les   ministres   concernés   :   «   le   pays est à réparer ». Bravo pour ceux qui sont passés avant ! Des     mesures     sont     prises     ;     les     fameuses     ordonnances promulguées   ;   des   lois   votées   à   tour   de   rôle.   Après   l’annonce d’une   renaissance   qui   se   ferait   grâce   à   la   vaste   conception   d’un programme   différent,   plus   intelligent   et   mieux   adapté   que   tous les    autres,    ces    mesures,    décidées    les    une    après    les    autres, paraissent   quelque   peu   dérisoires   et   personne   ne   comprend   ni ne   voit   quel   bénéfice   en   tirer.   Chacun,   en   revanche,   évalue   ce qu’il   va   lui   en   coûter,   particuliers   ou   collectivités   :   moins   d’aides,   voire   pour   certains   beaucoup   moins   ;   moins   de revenus   ou   de   recettes,   voire   beaucoup   moins.   Inutile   ici   d’aller   dans   le   détail.   Les   coups   de   rabot   sur   certains secteurs   deviennent   des   coups   de   hache   :   emploi,   logement,   bâtiment,   administration   des   territoires   et   des collectivités à qui sont retirés 13 milliards au bas mot, industrie, commerce, tout en souffrira. On   a   beau   dire,   au   vu   de   quelques   chiffres,   que   la   situation   s’améliore   ;   le   citoyen   de   base   a   le   clair   sentiment   du contraire.    Les    responsables    publics    savent    fort    bien,    eux,    qu’ils    ne    peuvent    plus    arriver    à    faire    vivre    les communautés,   les   collectivités,   les   institutions   et   les   établissements   dont   ils   ont   la   charge.   Si   l’on   savait   au   moins à quoi sert l’effort exigé ! Très   joli   de   dire   que   la   flexisécurité   (!)   revitalisera   le   marché   du   travail   et   redynamisera   l’économie   :   vient   un moment   où   les   mots   ne   sont   plus   que   des   mots.   Plus   personne   n’est   content.   Groupe   après   groupe,   corps   après corps,   profesion   après   profession,   tous   se   retournent   contre   un   président   et   un   gouvernement   dont   il   est   permis   de se demander s’ils ont encore le souci des Français. Leur   cote   de   popularité,   paraît-il,   remonte   ;   mais   que   signifie-t-elle   ?   Les   évènements   prennent   peu   à   peu   une allure    tragique    :    pas    seulement    à    cause    des    menaces    du    terrorisme,    mais    à    cause    d’un    sentiment    diffus d’insécurité   générale   que   tout   le   monde   éprouve,   nationale   et   sociale,   morale   autant   que   matérielle.   Que   dire   aux Français   qui   voient   démanteler   et   brader,   avec   le   consentement   des   plus   hauts   responsables,   leurs   plus   beaux fleurons   industriels,   les   uns   après   les   autres,   dont   Alstom   est   l’exemple-type   ?   Et   sacrifier   leur   agriculture   à l’Europe et aux traités imposés de la mondialisation ? Et livrer leur commerce à un libre-échange aberrant ? L’Europe seule Macron,   que   peut-il   ?   Que   fait-il   ?   Eh   bien,   c’est   là   toute   la   question   !   Il   suffit   de   bien   l’écouter   pour   comprendre ?   Il   est,   au   fond,   indifférent   à   la   situation   française   actuelle   ;   à   la   vérité,   il   se   considère   comme   au-dessus.   Il s’active,   certes,   mais   il   resitue   ses   actions   dans   le   plan   grandiose   qu’il   a   dans   la   tête   et   qui,   pour   lui,   est   le   guide de   sa   réflexion   et   de   sa   vie.   Il   le   dit   clairement   :   les   réformes   qu’il   entame   pour   la   France,   ne   sont   entreprises   que pour   satisfaire   à   des   exigences   futures,   premières   adaptations   qu’il   envisage   progressivement   pour   mettre   la France   d’hier   à   l’heure   de   l’Europe   de   demain.   Pas   de   l’Europe   d’aujourd’hui   !   De   l’Europe   de   demain   dont   il   a conscience   d’être   le   promoteur   attitré   et   dont   il   exerce   en   vertu   d’un   charisme   supérieur   la   mission   prophétique. Entendez-le   proférer   son   oracle   sur   la   Pnyx,   devant   le   Parthénon   !   Écoutez-le   enseigner   son   docte   savoir   à   la Sorbonne   :   il   délivre   en   longues   phrases   qui   se   veulent   lyriques,   son   message   au   nouveau   peuple   de   l’Europe qu’il   interpelle   pour   l’engager   sur   la   voie   sublime   de   l’avenir.   Il   sait   ce   qu’il   faut   à   l’Europe   ;   il   le   propose   ;   il   va même   l’imposer.   «   La   feuille   de   route   »,   comme   il   dit,   de   la   nouvelle   Europe,   celle   qui   doit   la   sortir   des   erreurs du   passé   récent   pour   retrouver   l’élan   des   pères   fondateurs,   est   déjà   établie.   Et   par   ses   soins.   Il   possède   la   vision, la vraie, l’intelligente, celle à laquelle tous ne peuvent que se rallier. C’est   une   refondation,   mais   non   bureaucratique   et   normative.   «   Ceux   qui   voudraient   fantasmer   une   identité   figée ne   savent   donc   pas   quel   est   le   mythe   né   sur   ces   rives   :   celle   d’une   métamorphose   constante…   ».   Voilà   l’idée   qui doit   stimuler   l’imagination   !   Rien   n’est   pire   que   «   le   rétrécissement   sur   les   frontières   »,   «   le   recroquevillement   ». L’Europe des chiffres et des techniques y avaient cédé, en quelque sorte. La   souveraineté   ne   doit   plus   appartenir   aux   nations,   aux   États.   C’est   à   l’Europe   nouvelle   d’assumer   toute   la souveraineté   qu’il   est   nécessaire   et   moral   d’arracher   aux   nationalismes,   car   le   nationalisme   est   le   mal   absolu, principe   de   haine   et   de   division.   «   Le   repli   national   est   un   naufrage   collectif   »   ;   toute   action   limitée   au   cadre national   n’est   plus,   de   nos   jours,   qu’«   une   absurdité   ».   Qui   ne   saisit   qu’une   réforme   institutionnelle   s’impose   dans la   logique   de   cette   conception   ?   «   Il   faudra   inventer   une   gouvernance   forte   qui   nous   fera   souverain,   avec   un budget   de   la   zone   euro,   avec   un   véritable   responsable   exécutif   de   cette   zone   euro   et   un   parlement   de   la   zone   euro devant   lequel   il   devra   rendre   compte.   »   Et   déjà,   lance-t-il,   «   je   veux   défendre   pour   les   prochaines   élections européennes des listes transnationales » ! Les   peuples   ne   sauraient   dire   «   non   »   ;   sinon   –   et   c’est   ce   qui   est   arrivé   –   les   dirigeants   sont   obligés   de manœuvrer   dans   l’hypocrisie.   Pas   de   référendum   donc,   mais   de   la   pédagogie   :   «   Que   partout   où   les   dirigeants choisiront   de   suivre   cette   voie,   et   je   le   souhaite   avec   ardeur,   dans   chacun   des   États   membres,   nous   puissions pendant   six   mois   (le   premier   semestre   2018   !)   organiser   des   consultations,   des   conventions   démocratiques   qui seront   le   temps   durant   lequel   partout   dans   nos   pays   nos   peuples   discuteront   de   l’Europe   dont   ils   veulent.   ».   Et   ce sera,   bien   sûr,   l’Europe   de   Macron   !   N’est-ce   pas   génial   ?   Ce   sera,   dit-il,   «   la   vraie   démocratie   »,   «   la   vraie souveraineté   »,   car   ses   propositions   ont   toujours   cette   caractéristiques   d’êtres   «   vraies   ».   Le   reste   est   fausseté, mensonge,   stupidité,   incohérence.   Les   «   il   faut   »,   les   «   on   doit   »,   les   «   je   veux   »   rythment   ses   phrases,   toutes impérieuses, qui déroulent son plan implacable et grandiose. Du mauvais Hugo Et,   dans   son   discours   à   la   Sorbonne,   d’énumérer   tous   les   domaines,   en   insistant   sur   le   numérique,   bien   sûr,   pour faire   ultra-moderne,   où   cette   Europe   souveraine,   enfin   démocratique,   s’imposera   comme   la   grande   puissance   du futur.   Merveille   qui   éclairera   l’humanité   tout   entière   et   d’où   rayonneront   sur   le   monde   les   valeurs   de   l’Humanité, du Droit, de la Justice et de la Culture. Ah   !   la   culture,   comme   Macron   en   parle,   quand   il   évoque   cette   Europe   «   plurilinguistique   »   –   eh,   oui   !   –   où   tout jeune   aura   à   cœur   de   parler   au   moins   deux   langues   !   Lesquelles,   au   juste,   direz-vous   ?   Le   français   ?   Que   bientôt le   petit   Français   ne   saura   plus   ?   Vous   n’y   êtes   pas   :   «   Nous   sommes,   nous,   Européens,   les   habitants   de   cette improbable   Babel   que   la   diversité   des   langues   et   des   traditions   ne   cesse   d’enrichir   et   d’enthousiasmer   !   »   Là, Macron fait plus fort que le vieil Hugo dans tous ses délires ! Pour   mener   à   bien   ce   projet   immense,   il   jette   à   la   volée   des   idées   qui   se   traduiront,   annonce-t-il,   en   autant   de   « chantiers   ouverts   »,   «   d’autorités   »   instituées,   «   d’agences   »   créées,   «   d’assises   »   tenues,   des   trucs,   encore   des trucs, toujours des trucs ! L’Europe de la simplification ! Quoi ! Comme   citoyen   d’Europe,   lui   qui   se   dit   «   jupitérien   »,   il   a   cité,   avec   aplomb,   Périclès   «   l’Olympien»   et   désigné   le Parthénon   comme   le   temple   fondateur,   oubliant   que   Périclès,   aristocrate   défenseur   du   peuple,   n’était   guidé   que par   la   seule   pensée   de   la   grandeur   d’Athènes   qu’il   mettait   au-dessus   de   tout,   et   que   le   Parthénon   était   le   temple   de l’unique   Athéna,   la   déesse   protectrice   de   la   cité.   Rien   de   plus   contraire   à   toutes   ses   billevesées.   Au   mieux, Macron   n’est   qu’un   médiocre   Isocrate,   prêt   à   livrer   au   Thrace,   au   Barbare,   la   merveille   unique   de   la   civilisation française. En vérité, Macron n’est qu’un faux prophète : ses promesses de bonheur se tourneront en malheur !
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux