Cliquez sur l’image pour accéder au site
Retour à la liste Retour à la liste
Éditorial du n° 162- Septembre 2017
Macron, le sophiste
La   gloire   de   Macron   passe   comme   la   fleur   des   champs   du printemps.      Peut-être      serait-il      utile      de      comprendre pourquoi ? Emmanuel   Macron   se   pense   un   chef.   Il   l’a   dit   et   répété   ;   et comme    un    chef    charismatique    dont    le    jeune    âge    et    la fulgurante carrière rehaussent le prestige. Un mariage qui devient un modèle Anne   Fulda   l’a   finement   noté   dans   son   livre   consacré   à   «   ce jeune   homme   si   parfait   »   :   il   a   l’intuition   qu’il   peut   tout.   Son mariage   atypique   en   est   la   plus   belle   preuve   ;   il   en   a   calculé   le caractère   original   ;   il   en   savoure,   maintenant   plus   qu’avant,   la force   symbolique.   Cette   preuve   du   «   tout   est   possible   pour   lui »   est   telle   qu’il   n’hésite   pas   à   l’offrir   en   image   à   la   France   : Brigitte   Trogneux   sera   bien   à   ses   côtés,   sinon   dans   le   statut officiel   dont   il   eût   aimé   qu’il   lui   fût   dévolu,   mais   dans   le   rôle effectif   de   première   dame   de   France.   C’est   qu’elle   a   décelé,   la première,      son      génie      personnel      ;      elle      a      décidé      de l’accompagner,   de   l’aider   à   être   ce   qu’il   doit   être   :   elle   est   un modèle,     la     première     française     à     avoir     appréhendé     le phénomène Macron. Lui   n’a   cessé   de   mûrir   son   dessein.   Son   ardeur   juvénile,   son intelligence    qui    domine    et    dépasse    toute    règle    et    toute normalité,    devaient    se    reporter    comme    naturellement    sur    la    politique.    Oui,    il    l’épouserait    aussi,    la    vieille politique,   mais   à   sa   façon   singulière,   sûr   et   de   la   puissance   de   son   charme   et   de   l’efficacité   de   son   attrait.   Sa modernité   technique   est   le   gage   d’un   succès   garanti   ;   il   est   en   lui-même,   par   lui-même,   pour   lui-même,   dans toutes   ses   conceptions,   une   «   start   up   »   qui   n’agit   que   dans   «   la   performance   »,   hors   des   voies   communes. Pragmatique   et   audacieux,   concret   et   plein   de   rêves,   généreux   et   indulgent   mais,   en   même   temps,   fort,   et,   s’il   le faut,   implacable,   tel   qu’il   se   définit   lui-même   dans   son   long   entretien   au   Point   (31   août   2017).   La   politique française   ne   peut   que   céder   ;   elle   le   doit   pour   se   mettre   enfin   au   service   de   cette   nouvelle   manière   d’être   et d’agir.   La   jeunesse   macronnienne   la   transformera   ;   il   en   sera   le   maître,   pas   seulement   élu,   mais   plutôt   choisi   du fond   du   cœur,   aimé   comme   il   doit   l’être.   Ne   l’a-t-il   pas   annoncé   au   cours   de   la   mémorable   soirée   du   7   mai   où   il célébrait   sa   triomphale   élection   dans   la   cour   du   Louvre   ?   Souvenons-nous   de   cette   «   lumière   »   jaillissant   de   «   la nuit   »,   de   ce   «   présent   »   émergeant   du   «passé»   :   c’était   républicain,   royal,   impérial,   français,   européen,   mondial, tout    à    la    fois    et    en    même    temps.    Il    incarnait    à    pas    majestueux    l’histoire    en    marche,    plus    encore    que    la République.   Deux   mots   encadraient   son   homélie   laïque   qui   appelait   à   la   conversion   des   cœurs   autant   que   des esprits   du   fond   du   triangle   pyramidal   :   «   bienveillance   »   et   «   amour   ».   Meilleur   que   Dieu.   Comme   l’Antéchrist de Soloviev. L’homme qui est et peut tout Car   c’est   fait.   Il   a   vaincu,   et   avec   facilité,   dès   sa   première   bataille   dans   le   champ   politique.   À   39   ans.   Le   voilà marié à la France. Il   est   président   et   même   quelque   chose   de   plus,   une   sorte   de   roi,   toujours   à   sa   façon,   différente   de   celle d’autrefois,   certes,   mais   dont   l’idée   incontestablement   l’obsède.   Il   est   aussi   Napoléon   mais   le   pacifique,   le républicain,   celui   du   Testament   de   Sainte-Hélène   qui   étend   au   monde   entier   ses   vastes   conceptions   où   le   réel   et l’idéal,   la   passion   et   la   philosophie,   les   immenses   attentes   du   monde   et   les   réponses   appropriées   se   rejoignent   en s’embrassant    sur    une    ligne    d’horizon    parfaite,    celle    qu’il    décrit    à    longueur    de    discours,    d’interventions, d’entretiens, devant le Congrès à Versailles, devant les ambassadeurs, devant les journalistes. Il   est   encore   un   héros   ;   le   héros,   spécifiquement   politique,   réservé   à   nos   temps,   ces   temps   dont   il   dit   aux journalistes   du   Point   qu’ils   obligent   à   «   renouer   avec   l’héroïsme   politique   ».   Il   y   a   en   lui   un   demi-dieu   dont quelque   «   Transcendance   »   pour   parler   son   langage,   le   regarde   avec   faveur,   tant   il   excelle   dans   ses   entreprises qui   régénèrent   ses   frères   en   humanité.   Enfin,   une   telle   vertu,   au   sens   fort   du   terme,   celui   de   l’antique   Romanité et   de   la   transgressive   Renaissance,   l’élève   au   rang   de   divinité.   Ce   n’est   pas   pour   rien   que   le   nom   de   Jupiter   a   été lancé.   Dans   son   entretien   avec   les   journalistes   du   Point,   il   se   croit   obligé   de   revenir   dessus   ;   il   n’en   reste   pas moins qu’il s’est voulu « jupitérien ». Il   prétend   qu’il   n’a   pas   l’esprit   religieux,   mais   il   confesse   qu’à   12   ans,   chez   les   Jésuites,   il   a   demandé   le   baptême et   qu’il   a   connu   alors   une   exaltation   mystique   dont   son   père   l’aurait   détourné.   La   vie   a   passé   très   vite   ;   il   n’est plus qu’agnostique, ce qui n’est qu’un mot pour échapper aux questions contraignantes. Car   il   a   l’esprit   religieux,   comme   tout   le   monde.   Même   le   prétendu   athée,   dit   fort   justement   Dostoïevski   !   Tout dépend   de   ce   en   quoi   l’homme   met   sa   fiance.   Macron   maintenant   a   la   religion   de   lui-même   ;   il   n’est   pas   le   seul de   son   espèce.   Il   est   à   lui-même   sa   propre   origine,   sa   propre   création   et   sa   propre   fin.   Cette   foi   le   justifie intimement   et   l’autorise   à   être   ce   qu’il   est.   Il   s’appartient   lui-même   et   tout   lui   appartient.   Il   voit,   il   sait,   il   pense, il   décide,   il   commande.   Il   y   a   «   lui   »   qui   est   chargé   de   «   réussir   »   sa   vie   pour   «   réussir   »   celle   des   «   autres   »   et   il y   a   bien   sûr   ces   «   autres   »   qui   ne   savent   pas   «   réussir   »   comme   lui.   À   lui,   donc,   de   vouloir   et   d’agir.   L’investiture démocratique   n’a   fait   que   confirmer   sa   destinée.   La   moindre   de   ses   phrases   porte   le   sceau   de   cette   certitude intérieure   qui   le   convainc   de   son   rôle   irremplaçable   ;   une   finalité   supérieure   oriente   sa   vie   ;   il   est   fait   pour   «   le moment   historique   »   que   vivent   la   France   et   le   monde   ;   il   le   dit   en   toute   simplicité.   Ecoutez   sa   voix   prophétique   : son   souffle   inspiré   va   recréer   l’Europe   en   qui   il   croit   d’abord   et   qui   enfantera   la   nouvelle   France,   pour   mieux guider le monde sur les voies du salut. Le sophiste qui n’est plus qu’un sophiste de plus Illusion   !   Le   tort   premier   de   Macron   est   de   s’imaginer   que   son   histoire   a   un   caractère   exceptionnel.   Elle   est   fort banale,   surtout   en   nos   temps   démocratiques.   Tous   ses   prédécesseurs   ont   partagé,   à   des   degrés   divers,   les   mêmes sentiments,   même   ceux   qui   se   voulaient   et   se   disaient   normaux.   D’avoir   eu   l’onction   républicaine,   d’y   avoir seulement   aspiré,   d’avoir   réussi   à   l’obtenir,   ne   fût-elle   que   fictive,   aléatoire   et   éphémère,   n’ayant   l’aval   effectif que   d’une   minorité   parmi   d’autres   minorités,   soudainement   devenue   majorité   par   défaut,   rejet   ou   élimination   ce   qui   fut   le   cas   pour   lui   précisément   –,   persuade   ces   esprits   de   leur   supériorité   intrinsèque   ou   plutôt   les   confirme dans   cette   persuasion.   Ils   sont   convaincus   que   l’autorité   suprême   leur   revient   de   droit,   que   le   pouvoir   est   fait pour   eux   comme   ils   sont   faits   pour   le   pouvoir.   Leur   personne   serait   investie   d’une   légitimité   qui   ne   pourrait   être remise en doute. Ni Hollande, ni Sarkozy n’ont lâché cette idée, ni, avant eux, tous les autres ! Macron,   perdant   sa   popularité   en   à   peine   quatre   mois   d’exercice   du   pouvoir,   en   impute   la   responsabilité   à l’incompréhension   des   Français.   Du   coup,   il   changera   sa   communication,   il   fera   de   «   la   pédagogie   »,   le   grand mot   à   la   mode   dans   une   démocratie   décadente,   ce   qui,   pour   qui   réfléchit   bien,   est   gravement   outrageant   pour   le corps électoral. Que vaut donc le vote de l’électeur ? Il   y   a   du   sophiste   chez   lui.   Hippias   se   flattait   devant   Socrate   d’apprendre   aux   jeunes   Grecs   à   «   réussir   »   :   « réussir   »   était   son   but   et   faire   entrer   de   l’argent,   beaucoup   d’argent,   également.   Gorgias   enseignait   que   la politique   était   l’art   de   la   persuasion   ;   Protagoras,   qu’elle   était   le   lieu   de   l’accomplissement   de   l’homme   supérieur qui   était   la   mesure   de   toute   chose   ;   Calliclès,   que   le   tout   de   la   politique   était   de   savoir   dominer   la   cité.   Il   n’y   a plus   de   Socrate   pour   ramener   doucement   par   une   fine   ironie   ces   esprits   aussi   fats   que   faux   à   la   véritable intelligence   du   bien   de   la   cité,   à   l’exacte   notion   de   justice,   à   la   simple   vérité   de   l’homme,   loin   des   vastes   et fumeuses considérations. Il   suffit   d’écouter   Macron   pour   savoir   qu’il   ne   sait   rien   sur   le   fond   de   vrai   ni   d’utile.   Ce   qui   ne   l’empêche   pas, comme   un   sophiste   qu’il   est,   de   savoir   «   baratiner   »   sur   tout,   même   sur   le   vrai   et   l’utile.   La   sophistique   est toujours    la    même    à    laquelle    est    vouée    décidément    la    démocratie    française.    Comme    jadis    la    démocratie athénienne. Athènes en est morte. On préférait y condamner Socrate. Reste   que   l’enfant   adulé,   l’adolescent   adoré,   le   jeune   homme   idolâtré,   le   candidat   glorifié,   le   président   apothéosé va   se   heurter   à   son   heure   de   vérité.   Les   lois   –   mêmes   les   meilleures   –   ne   changeront   pas   la   réalité   politique   ;   la technique   ne   remplace   pas   l’esprit.   Les   institutions   ont   leur   propres   mécanismes   qui   le   broieront   lui   aussi.   Il   dit qu’il   essaye   de   se   garder   du   temps   pour   lire.   Est-il   permis   de   lui   conseiller   de   lire   ou   de   relire   «   le   maître-livre   » de celui qui fut, à ce qu’il dit, son maître en philosophie, Paul Ricoeur : L’Homme faillible.
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux