Cliquez sur l’image pour accéder au site
Retour à la liste Retour à la liste
Éditorial du n° 160- Mars 2017
L’ordre ou le désordre
Aucune    société    ne    peut    vivre    dans    le    désordre    permanent. C’est   la   raison   du   grand   échec   de   la   politique   de   la   ville   :   des centaines   de   milliards,   jamais   vraiment   calculés,   déversés   pour rien   dans   des   banlieues,   maintenant   dans   des   quartiers   entiers qui   sont   devenus   officiellement   des   «   zones   »   dites   «   de   non- droit    ».    Expression    typique    d’une    «    gouvernance    »    molle, créée   il   y   a   une   trentaine   d’années   pour   rendre   compte   d’un phénomène de société qui semblait échapper à toute maîtrise. Autrement   dit,   c’était   la   faute   de   personne.   Ces   populations étaient   les   oubliées   du   progrès   social,   les   mal   assurées   de   l’État providence,    les    victimes    collatérales    de    la    mondialisation heureuse.   Il   suffisait   de   compenser   :   des   budgets,   encore   des budgets,    des    plans,    encore    des    plans,    du    social,    encore    du social ! Cette    manière    de    voir    et    d’agir    avait    l’avantage    d’évacuer toutes     les     questions     gênantes     :     l’immigration     devenue inassimilable,   la   dégradation   et   la   dénaturation   des   mœurs   et des   comportements   requalifiés   en   «   incivilités   »,   l’organisation de   trafics   de   toutes   sortes,   gravement   illicites,   trafics   humains, trafics   de   drogues,   que   la   puissance   publique   tolérait,   faute   de pouvoir   les   éradiquer   et   afin   d’assurer   une   apparence   de   paix sociale,   l’installation   en   position   dominante   d’une   religion   qui refuse   de   reconnaître   le   droit   et   les   usages   de   la   nation   d’accueil,   la   disqualification   simultanée   et   voulue,   opérée par   l’État   lui-même,   des   familles   et   des   éducateurs,   une   Éducation   nationale   incapable   d’assurer   son   service,   et pour cause, singulièrement dans ces zones, aggravant ainsi « les inégalités »… Et   comme   il   fallait   remédier   aux   «   inégalités   »,   grand   mot   qui   évitait   encore   de   traiter   les   vraies   causes   et   qui justifiait   encore   et   encore   la   démagogie,   la   gabegie   et   les   discours   politiciens,   les   gouvernements   en   exercice,   de gauche comme de droite, relançaient indéfiniment la même politique aussi aveugle que criminelle. Maintenant   les   faits   sont   là.   Les   bandes   font   la   loi.   Plus   de   900   quartiers   «   sensibles   »   –   toujours   le   mot   qu’il   faut !   –   recensés   officiellement,   vraisemblablement   beaucoup   plus.   C’est-à-dire   des   lieux   où   ni   la   police   ni   la   justice ne   peuvent   exercer   leurs   prérogatives,   mais   pas   plus   les   services   publics   ni   aucun   représentant   de   l’autorité politique ou même sociale, pompiers, médecins. Les   policiers   sont   assassinés,   violemment   agressés,   blessés   par   milliers…   La   peur   règne   dans   la   population,   dans les services de l’État, partout jusque dans la police et la gendarmerie. La   peur   !   On   les   laisse   se   débrouiller,   on   leur   commande   de   loin   et   de   haut,   du   fond   d’un   fauteuil   ministériel   ou d’une   voiture   de   fonction.   Ah,   il   est   si   facile   dans   un   hémicycle   de   faire   un   discours   ;   la   bravoure   y   est   aisée   et quel   regard   sagace   porté   sur   la   situation   !   Les   hypocrites,   les   misérables,   les   pleutres   !   Mais   qu’ils   y   aillent   donc – et seuls avec leurs mots ! –, qu’ils rencontrent face à face les bandes et qu’ils essayent d’y pérorer. Aucun   ne   l’a   fait.   Le   président   de   la   République,   bien   escorté   et   bien   filmé,   s’est   rendu   au   chevet   de   «   Théo   » dans   un   hôpital   préalablement   sécurisé.   Il   n’a   point   rendu   visite   aux   policiers   gravement   blessés   de   Viry- Châtillon. Dans   ces   conditions-là,   l’ordre   n’est   pas   près   d’être   rétabli   en   France.   La   mécanique   politique   et   la   mécanique médiatique,   fort   bien   articulées   et   manipulées,   ont   leurs   veilleurs   –   ah,   ce   devoir   de   «   vigilance   »   !   En   ce moment, ils s’ingénient à ce que toute possibilité de redressement et de libération soit rendue vaine. C’est   ce   que   montre   ce   numéro   de   Politique   magazine.   Si   les   Français   pouvaient   réfléchir   sur   la   vraie   cause   de leur malheur ! La restauration de l’État souverain est la première condition de l’ordre.
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux