Retour à la liste Retour à la liste
Cliquez sur l’image pour accéder au site
Editorial du n° 157 - Décembre 2016
Amis lecteurs…
Brexit,   Trump,   Fillon,   et   demain   quoi   ?   Les   présidentielles   ?   Les instituts   de   sondages,   les   commentateurs   de   presse,   de   radio   et   de télévision   ne   voient   jamais   rien   venir.   Aussi   doctement   ils   se   sont trompés,   aussi   doctement   ils   se   justifient.   Questions   de   méthode, disent   les   uns   ;   électorat   volatil,   ajoutent   les   autres.   Coupure   entre les   peuples   et   «   les   élites   »   politico-médiatiques,   précisent   les   plus audacieux ; et ils ont évidemment raison. Toutefois,    ce    n’est    jamais    que    de    l’ordre    du    constat.    Il    restera ensuite   aux   mêmes   –   est-il   utile   de   donner   des   noms,   tant   ce   sont toujours   les   mêmes   qui   pérorent   sentencieusement   ?   –   à   juger   que lesdits   peuples   n’ont   rien   compris   :   l’appellation   de   «   populisme   » suffira   à   désigner   globalement   le   monstre   d’ignorance   et   d’erreur dont les soubresauts ont faussé les mesures de leur juste balance. Mais     c’est     là     tout     simplement     «     stigmatiser     ».     Pour     des professionnels   de   «   l’antistigmatisation   »,   il   devrait   y   avoir   matière à   réflexion.   Eh   bien,   non   !   «   Populisme   »   désigne,   «   populisme   » condamne.   Le   mot   suffit.   Il   couvre   toute   la   réalité.   L’investigation   a tôt   fait   d’y   déceler   les   relents   «   les   plus   nauséabonds   »   :   la   droite toujours   extrême,   le   traditionalisme   toujours   obtus,   la   xénophobie toujours    présente,    le    racisme    toujours    caché,    le    catholicisme toujours   réactionnaire,   enfin   le   petit   Blanc   toujours   bête   et   méchant qui   ne   comprend   rien   aux   vastes   conceptions   planétaires   de   ceux   qui   savent,   dirigent,   commandent   et   commentent. Cette litanie indéfiniment répétitive est reprise en boucle par la grande majorité des médias. Et   c’est   là   le   vrai   problème.   C’est   cette   quasi   unanimité   qui   est   effrayante,   proprement   orwellienne.   Est-il   même encore   permis   de   se   poser   les   questions   de   fond   ?   Comment   et   pourquoi   les   mêmes   présentations,   les   mêmes explications,   les   mêmes   jugements   s’étalent-ils   sur   toutes   les   ondes,   sur   toutes   les   colonnes   de   journaux,   sur   tous   les supports numériques homologués ? Qui   manipule,   qui   désinforme,   comme   disait   Volkoff   ?   Jean   Sévillia   a   parfaitement   expliqué   dans   son   œuvre magistrale   Écrits   historiques   de   combat   (Perrin)   ces   opérations   de   manipulation   mentale   :   l’Occident   prétendument libre,   la   France   singulièrement,   est   victime   sans   le   savoir   d’un   «   terrorisme   intellectuel   »   –   le   mot   est   précisément choisi   –   pour   justifier   un   «   politiquement   »   et,   plus   encore,   un   «   moralement   correct   ».   Chacun   est   sommé   de   penser comme il convient. Tout   modèle   de   «   gouvernance   »   politique,   économique,   morale,   donc   toute   «   alternance   »   au   pouvoir   n’est envisageable que dans ce cadre : c’est l’échelle de « valeurs ». Le mot est dans toutes les bouches. Et   les   médias   ? Aude   Lancelin,   la   journaliste   de   gauche   de   l’Obs   et   de   Marianne,   dévoile   le   faux   mystère   –   que   tout le   monde   connaît   –   dans   son   livre-témoignage   Le   Monde   libre   (éd.   Les   Liens   qui   libèrent).   Il   n’y   a,   pour   ainsi   dire, plus   de   presse   libre,   vraiment   libre.   L’argent   tient   tout.   Le   gros   argent,   celui   qui   par   nature   est   en   connivence   avec l’État.   Et   les   journalistes   d’État   sont   au   diapason.   Pas   de   carrière   sans   soumission.   à   quelques   exceptions   de   talent près. L’opinion   se   fabrique,   puisque   tout   se   vend   et   s’achète.   Banquiers,   marchands,   marchands   de   télécom   en   particulier pour   la   presse   de   gauche,   capitalistes   de   tous   poils   sont   les   maîtres   de   la   presse,   des   «   valeurs   »   et   de   «   l’opinion   ». Le cynisme est la règle. Aude Lancelin en a fait l’amère expérience. Dans   L’avenir   de   l’Intelligence,   Charles   Maurras   en   1905   écrivait   «   Ces   charlatans…   font   les   dignes   et   les   libres, alors   qu’ils   ont   le   mors   en   bouche   et   le   harnais   au   dos.   Ils   nient   la   servitude   pour   en   encaisser   les   profits,   de   la même manière qu’ils poussent aux révolutions pour émarger à la Caisse du Capital ». Rien   a   changé   sinon   en   pire.   L’intelligence   est   serve.   Il   faut   la   libérer.   Politique   magazine   est   libre. Tous   ses   lecteurs le savent. Le dossier de ce numéro qui porte sur le phénomène Donald Trump, le prouve une fois de plus. Alors   encore   un   mot,   chers   Amis   lecteurs   ou   abonnés   :   donnez-nous   les   moyens   de   notre   liberté.   Vous   savez   ce qu’il   faut   faire.   Vous   avez   reçu   un   courrier   à   cet   effet   ou   vous   trouverez   en   page   5   de   votre   exemplaire   la   formule simple qui vous y convie à l’occasion de ce Noël qui vient. Merci.
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux