Cliquez sur l’image pour accéder au site
Retour à la liste Retour à la liste
Editorial du n° 155 - Octobre 2016
Il court, il court…
François   Hollande   est   président   de   la   République   ;   il   est   le chef   de   l’État.   Mais   il   est   en   même   temps   candidat   à   sa propre   succession,   donc   vraisemblablement   à   la   primaire   de la   gauche.   Du   moins   est-ce   l’apparence   du   moment.   Sauf s’il    était    contraint    par    les    événements    à    renoncer.    Il n’empêche     qu’il     est     entré     en     campagne     électorale     et résolument.   Toute   son   activité   intérieure   est   axée   sur   cette ligne   ;   de   même   le   budget   2017   tout   en   trompe-l’œil   et   en faussetés   ;   les   comptes   de   la   Sécurité   sociale   pareillement, comme   le   chômage   encore   en   forte   augmentation   qui   est prétendu en tendance baissière ! Tous   ses   discours   à   l’extérieur,   jusqu’   y   compris   à   l’ONU, toute   sa   politique   étrangère   et   européenne,   portent   la   marque de    son    unique    préoccupation.    Il    n’a    dans    la    tête    que    le concurrent   auquel   il   sera   opposé   :   Sarkozy,   Juppé,   Marine Le   Pen.   Sans   même   les   citer,   c’est   toujours   eux   qu’il   vise.   Il court    partout    :    visites    d’écoles,    d’entreprises,    de    centres sociaux,   et   ce   ne   sont   que   promesses   électorales,   annonces de   projets   mirifiques,   tentatives   de   gagner   ou   de   récupérer, fragment    par    fragment,    des    électorats    perdus.    Il    se    fait gauchard   avec   la   gauche,   libéral   avec   le   centre,   martial   avec la droite. Ainsi   le   dimanche   25   septembre,   dans   la   cour   des   Invalides,   il   reconnaît   publiquement   au   nom   de   la République    la    responsabilité    des    gouvernements    français    dans    «    l’abandon    des    harkis    »,    dans    «    leur massacre   »   ou   dans   «   les   conditions   inhumaines   de   leur   accueil   »,   ce   qui   ne   l’a   pas   empêché   de   célébrer   six mois   auparavant   le   19   mars   1962,   date   du   cessez-le-feu   en   Algérie   qui   donna   le   signal   du   carnage   et   du honteux abandon. Lundi 26 septembre, le lendemain, il était à Calais, une semaine après Sarkozy. Il   ne   visitait   pas   «   la   jungle   »,   mais   il   déclarait   solennellement   qu’elle   «   serait   démantelée   définitivement, entièrement,   rapidement   »,   c’est-à-dire   que   les   occupants   des   lieux   seraient   dispersés   dans   des   centres d’accueil   et   d’orientation   (!)   répartis   sur   le   territoire   national.   On   sait   ce   que   cela   signifie.   Sourire   à   Calais, dissémination et dissimulation du problème de fond. Cynisme absolu. Alors   ?   La   France   ne   compte   plus.   La   seule   question   porte   sur   le   point   de   savoir   s’il   sera   assez   fort   pour résister   sur   sa   gauche   à   la   progression   de   Macron   qui   s’installe   au   centre,   à   la   pression   de   Montebourg   qui lui   reproche   ses   renoncements,   à   la   fureur   de   Mélenchon   qui   l’invective   et   fera   tout   pour   l’éliminer.   Mais ceux-là,   que   veulent-ils   ?   La   place,   c’est   tout.   Comment   être   chef   de   l’État   dans   des   conditions   pareilles   ? La France n’est plus qu’une proie à conquérir. Par tous les moyens. Ce   n’est   pas   mieux   à   droite.   Sarkozy   ne   pense   qu’à   dominer   Juppé,   mais   le   «   tout   sauf   Sarkozy   »   devient une   sorte   de   règle   absolue   de   toutes   les   campagnes,   à   droite   comme   à   gauche.   Les   affaires   judiciaires   se multiplient   autour   de   lui   ;   les   livres   paraissent   ;   celui   de   Patrick   Buisson   auquel   il   fallait   s’attendre,   livre   en pâture   au   public   sa   personnalité   d’agité   qui   n’a   rien   d’édifiant.   Mais   les   autres   valent-ils   mieux   ?   Juppé n’est-il   pas   un   ancien   condamné   ?   Il   dit   tout   et   son   contraire   avec   la   même   absence   de   conviction   que François Hollande. L’important,   pour   lui,   c’est   de   gagner.   Fillon   avec   ses   six   cents   pages   de   programme,   Le   Maire   avec   ses mille   pages,   n’ont   toujours   pas   compris   que   l’avenir   n’est   pas   dans   des   chiffres   si   nombreux   soient-ils,   mais dans   un   esprit,   l’esprit   de   la   France,   de   son   histoire,   de   son   identité,   puisque   ce   mot   est   maintenant   au   cœur du   débat.   Jean-Frédéric   Poisson   est   le   seul   dans   cette   primaire   à   droite   à   en   avoir   le   sens.   Quand   à   Marine Le   Pen,   elle   se   trouve   confrontée   à   ce   même   problème   de   stratégie   électorale   qui   empêche   toute   vision véritable. La   question   qui   se   pose   aujourd’hui   est   la   suivante   :   les   institutions   de   la   République   sont-elles   à   la   hauteur des   enjeux   ?   L’esprit   de   parti   n’a-t-il   pas   tout   pulvérisé   dans   la   représentation   comme   dans   la   direction   de   la France   ?   Le   quinquennat   qui   n’est   plus   qu’une   machinerie   partisane   n’a-t-il   pas   anéanti   la   notion   même   de chef   de   l’État   ?   Le   résultat   est   là,   tangible.   La   France   perd   ses   frontières,   sa   substance,   son   être,   son patrimoine,   même   ses   enfants,   et   peu   à   peu   toute   sa   vie   économique,   politique   et   culturelle.   Ce   numéro   de Politique   magazine   en   fait   son   dossier.   Le   sursaut   est   possible.   Encore   faut-il   accepter   de   comprendre   la cause de tant d’échecs.
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux