Cliquez sur l’image pour accéder au site
Retour à la liste Retour à la liste
Editorial du n° 154 - Septembre 2016
Un chef de l’État, un vrai
Pléthore   de   candidats   à   la   candidature   :   à   droite,   à   gauche,   bientôt   au centre   et   jusque   dans   le   résidu   qui   subsiste   du   parti   écologiste   où,   déjà, trois candidats se sont déclarés. Et    voilà    Macron    qui    arrive    dans    l’arène,    après    Montebourg,    son prédécesseur   à   l’Économie.   Il   est   donc   tant   de   gens   qui   s’imaginent qu’ils   sont   faits   pour   être   un   jour,   l’un   ou   l’autre,   chef   de   l’État   ! Mettons   à   part   ceux   qui   se   présentent   comme   des   témoins   de   leurs convictions    et    qui    comptent    les    faire    valoir    à    cette    occasion,    tel Frédéric Poisson à droite. Tout   le   reste   a,   paraît-il,   des   «   idées   »,   et   affirme   unanimement   que   la solution   se   trouvera   au   bout   «   d’un   débat   d’idées   ».   Ils   le   pensent aujourd’hui,   mais   s’ils   perdent   demain,   alors   ?   Croit-on   que   pour   cela ils   changeront   d’idées   ?   Quelle   hypocrisie   ! Ah,   «   ces   débats   »   dont   ils se   gargarisent   tous   !   Comme   si,   pour   remplir   la   fonction   de   chef   de l’État,    il    fallait    passer    un    concours    ;    et    encore    un    concours    de    « débatteurs    »,    comme    on    dit    pour    essayer    de    parler    français    !    Ces prétendus   «   débats   »   qui   n’en   sont   pas   tant   ils   sont   complètement formalisés, vont devenir l’actualité française pendant neuf mois ! Chacun   y   va   donc   de   son   livre,   son   programme,   ses   «   idées   »,   ses   « réformes   »,   la   présentation   de   ses   «   cent   premiers   jours   »,   comme   s’il   y était.   Quand   ce   n’est   pas   la   même   chose,   ça   se   ressemble,   puisqu’il   s’agit   de   faire   face   aux   mêmes   échéances   et   aux mêmes nécessités. Car la France est malade, tout le monde le sait. Malade de quoi ? De   son   État   impotent   et   prépotent,   de   ses   finances   obérées,   de   son   économie   étouffée   sous   des   charges   accablantes,   de son   chômage   endémique,   de   ses   fonctions   régaliennes   dont   la   justice,   l’ordre   intérieur,   les   finances,   la   défense   même   et la   diplomatie,   sont   détournées   de   leur   finalité,   de   son   éducation   dite   nationale   qui   n’a   plus   rien   de   national   et   qui   est devenue    un    immense    «    foutoir    »,    de    son    administration    pléthorique    et    inefficace    autant    que    tatillonne,    de    ses innombrables   gabegies   qui   alimentent   le   système   clientéliste   dont   vivent   les   apparatchiks,   enfin,   et   maintenant   surtout, d’une   insécurité   permanente   due   à   une   folle   politique   d’immigration   et   à   une   non   moins   folle   politique   de   la   ville   qui font que des quartiers entiers échappent pratiquement à tout contrôle et que n’importe quoi peut survenir à tout instant. Les   gens   avertis   le   prédisent   et   le   Premier   ministre   l’a,   lui-même,   annoncé   :   les   attentats   n’ont   fait   que   commencer. Qu’une   tension   extérieure   s’ajoute   à   la   tension   intérieure,   un   drame…   et   qu’arrive-t-il   ?   Dans   un   tel   cadre,   il   n’y   a   que Hollande qui se croit un chef d’État et qui va encore pérorer, de jour en jour, pour nous le faire accroire. Et   les   autres   ?   Et   Macron   qui   vitupère   le   système   mais   qui   en   fait   partie   ?   Peuvent-ils   l’être   davantage   ?   Et   chacun   de s’illusionner   et   de   donner   ses   recettes.   «   Il   n’y   a   qu’à   »,   «   faut   qu’on   »,   tout   y   passe   en   quarante   recettes   et   cinquante points,   sauf   que   l’essentiel   n’est   jamais   abordé.   Puisque   à   aucun   moment   ces   candidats,   qui   ne   vivent   que   dans   l’espoir d’être   élus,   ne   remettent   en   doute   le   régime   dont   ils   attendent   tout   par   principe   et   qui   est   la   cause   véritable   et proportionné   de   tous   ces   maux   qu’ils   détaillent   en   vain.   Ils   prétendent   remédier   aux   conséquences.   Comme   toujours   ! Conséquences   inéluctables   «   d’une   cause   qu’ils   chérissent   ». Alors,   au   vrai,   «   tout   changer   pour   que   rien   ne   change   »   ? Quelle   inutilité   !   Que   d’énergie   et   d’argent   gaspillés   !   Tout   ça   pour   être   au   second   tour   devant   Marine   Le   Pen,   car   c’est ce à quoi se résument toutes ces superbes stratégies. A   l’heure   où   tout   est   bousculé   dans   le   monde,   comme   le   Brexit   en   a   donné   l’exemple,   où   les   prochains   référendums italien   et   hongrois   risquent   de   bouleverser   la   donne   européenne,   où   l’élection   présidentielle   aux   États-Unis   révèle   de nouvelles   lignes   de   force,   où   les   tensions   se   multiplient   sur   la   planète   et   où   la   sécurité   et   l’avenir   même   des   Français sont   en   jeu,   est-il   permis   de   se   payer   le   luxe   de   tels   concours   de   beautés,   de   tels   psychodrames   partisans,   de   telles violences politiciennes qui ajoutent encore à la division de la nation ? Tout éclate, tout est éclaté. Il   y   aurait   incontestablement   mieux   à   faire.   La   France   a   des   atouts   ;   elle   aurait   une   politique   à   mener,   comme   le   montre encore   le   dossier   de   ce   numéro   de   Politique   magazine.   Elle   n’aurait   besoin   que   d’un   vrai   chef   d’État.   Dans   l’état   actuel des   choses,   rien   ne   permet   hic   et   nunc   d’en   dire   plus.   Mais   les   circonstances   pourraient   amener   la   France   à   s’en   choisir un hors des contraintes des partis. Tout est possible. Il ne faut pas désespérer.
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux