Cliquez sur l’image pour accéder au site
Retour à la liste Retour à la liste
Editorial du n° 153 - Juin - Juillet 2016
Pourquoi pas la France ?
Le    24    juin    2016    restera    dans    les    annales    européennes.    Le peuple   anglais   a   manifesté   sa   liberté.   Comme   toujours.   C’est   le vrai   fond   du   peuple   anglais   qui   a   parlé   ;   les   médias,   surtout   en France,   ont   bien   insisté   et   avec   tout   ce   qu’il   fallait   de   mépris sur   le   caractère   profondément   enraciné   de   ce   vote   :   un   vote   de bouseux   et   de   petites   gens.   Toute   personne   un   tant   soit   peu cultivée   et   de   simple   bon   sens   a   parfaitement   compris   ce   qui s’est   passé   :   l’Angleterre   historique,   celle   qui   refuse   de   sortir   de l’histoire,   s’est   exprimée.   England   for   ever.   Personne   ne   lui dicte   sa   loi   ;   elle   se   la   donne   à   elle-   même   ;   c’est   la   règle   de   son histoire,   une   constante   à   travers   les   siècles.   Ni   des   rois   trop étrangers,    ni    Napoléon,    ni    Hitler,    ni    l’Europe    apatride    et donneuse de leçons n’en sont venus à bout. Depuis      la      Grande      Charte,      c’est      ainsi.      L’Angleterre d’aujourd’hui    demeure    encore    et    toujours    l’Angleterre.    Son vote   est   culturel   et   historique.   En   dépit   de   toutes   les   menaces, elle   a   tenu   bon.   Même   le   chantage   au   «   fric   »   n’a   pas   marché, dans   cette   nation   de   commerçants   et   de   banquiers.   Eh   bien,   il nous   est   bon   pour   nous   Français   qu’elle   nous   surprenne.   Si   elle pouvait nous réveiller ! Et   pourtant   !   Aussitôt   ce   fut   un   déferlement   de   haine   et   de prédictions    apocalyptiques.    Principalement    de    la    part    des Français,   de   nos   dirigeants,   de   nos   commentateurs   patentés, avec    cette    morgue    insupportable    qui    est    leur    marque    de fabrique    à    tous.    Ils    allaient    jusqu’à    plaindre    les   Anglais,    à récuser   le   principe   de   ce   référendum.   Maintenant   c’était   un   devoir   de   les   châtier,   et   vite,   pour   qu’ils   comprennent,   pour l’exemple   aussi,   pour   que   leur   faute   –   leur   péché   !   –   ne   donnât   point   de   mauvaises   idées   aux   autres   élèves   indisciplinés de   la   classe   européenne   dont   Hollande   se   considère   –   ça   fait   rire   tout   le   monde   –   comme   le   «   magister   »   :   il   a   le   savoir et il détient la baguette et le bonnet d’âne ! Du moins le croit-il. Avec   son   air   affecté   de   «   prof   d’école   »,   sa   rhétorique   hésitante   de   «   faux   curé   »,   il   faut   le   voir   et   l’entendre   distribuer les   bons   et   les   mauvais   points.   Il   va   même,   tout   en   parlant   de   renvoi   nécessaire   et   immédiat,   jusqu’à   suggérer   à l’Angleterre   de   venir   à   résipiscence,   au   motif   qu’il   y   aurait   des   réactions   à   Londres,   en   Écosse   et   en   Irlande.   Bien   sûr, mais,   là   aussi,   c’est   typiquement   historique   et   l’Angleterre,   elle,   connaît   tout   ça   et   depuis   longtemps.   Elle   a   le   temps devant   elle   ;   elle   est   une   monarchie.   Donc,   là   encore,   elle   prendra   son   temps.   David   Cameron   l’a   lui-même   annoncé   à son dernier conseil européen du 28 juin. Ce   n’est   pas   le   ridicule   Hollande   qui   lui   dictera   son   agenda.   Les Anglais   agiront   à   leur   façon,   quand   ils   voudront,   selon les   possibilités   et   les   circonstances,   et   selon   surtout   leur   intérêt   le   plus   pragmatique,   comme   ils   l’ont   toujours   fait.   Ils étaient   déjà   dans   l’Europe   comme   n’y   étant   pas   et   avaient   obtenu   toutes   les   dérogations   qu’ils   avaient   réclamées.   Ils continueront sur la même voie. Pourquoi se gêneraient-ils ? C’est   la   France   qui   devrait   avoir   peur.   Les   affaires   françaises   vont   très   mal.   Hollande   aura   beau   dire,   son   «   ça   va   mieux »   n’a   aucun   sens.   Il   est   incapable   de   diriger   chez   lui   ;   ses   lois   sont   toutes   contestées.   Il   épuise   la   nation.   L’état lamentable   de   ses   finances   le   met   à   la   merci   des   moindres   secousses   politiques,   diplomatiques,   économiques,   sociales   et financières   avec   les   risques   d’un   terrorisme   omniprésent.   Il   en   est   réduit   à   courir   après   Merkel,   faisant   de   l’Europe allemande   la   seule   issue   à   son   euromanie   par   laquelle   il   compte   rebondir   en   grand   défenseur   de   l’Europe   pour   la prochaine campagne électorale. Tout    lui    sert.    Pro-Europe,    anti-Europe,    voilà    sa    dialectique.    Il    s’est    trouvé    ainsi    ses    adversaires,    il    polit    son argumentaire,   il   choisit   son   angle   d’attaque,   indécrottable   politicien,   semblable   à   tous   les   autres,   ses   concurrents   !   Est- ce   cela   la   tradition   française   ?   Cet   abject   système   qui   broie   la   France   ? Ah   non   ! Tous   ceux   qui   en   vivent   veulent   nous   le faire   croire.   Or,   rien   n’est   plus   opposé   à   notre   génie.   Nous   aussi,   nous   Français,   autant   que   les   Anglais,   plus   qu’eux peut-être,   nous   avons   une   histoire   et   qui   porte,   elle   aussi,   sa   leçon   d’éternelle   reviviscence.   Elle   est   nationale,   elle   est royale. Il   en   est   qui   s’en   souviennent.   Le   dossier   de   Politique   magazine   de   cet   été   les   présente.   Et   si   la   France   voulait   bien chercher   dans   cette   direction,   ne   pourrait-elle   pas   avec   intelligence   et   force,   après   le   désastre   annoncé,   renouer   avec   son histoire pour se préparer un meilleur avenir ?
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux