Retour à la liste
L’histoire   de   la   pensée   positive   remonte   au   début   du XXe   siècle,   lorsqu’un   pharmacien   français,   Emile   Coué, découvrit    le    pouvoir    de    l’autosuggestion.    «    Si    étant malade,    nous    nous    imaginons    que    la    guérison    va    se produire,   celle-ci   se   produira   si   elle   est   possible.   Si   elle ne      l’est      pas,      nous      obtiendrons      le      maximum d’améliorations   qu’il   est   possible   d’obtenir   »,   écrivait l’apothicaire   dans   sa   célèbre   Méthode   que   les   éditions de   l’Herne   viennent   de   rééditer.   Pour   produire   son   effet, cette    méthode    doit    cependant    entraîner    l’adhésion    du sujet   aux   idées   positives   qu’il   s’impose   –   ou   qu’on   lui impose.    Car,    précise    Coué,    «    vous    pouvez    suggérer quelque   chose   à   une   personne   ;   si   son   inconscient   n’a pas   accepté   le   message   que   vous   lui   avez   transmis   pour le   transformer   en   autosuggestion   (…)   votre   message   ne produit aucun effet ». C’est   tout   le   problème   de   François   Hollande.   Les   «   ça   va mieux   »   qu’il   adresse   inlassablement   aux   Français   à   un an   de   la   présidentielle   de   2017   n’ont   aucune   prise   sur leurs   inconscients.   Pire,   le   décalage   avec   la   réalité   vécue par    chacun    d’entre    eux    est    tellement    flagrant    qu’il produit   l’effet   exactement   inverse   de   celui   recherché.   83 %    des    Français    considèrent    qu’il    n’est    pas    un    bon président     de     la     République,     selon     le     dernier     baromètre     Odexa-L’Express.     Nouveau     gouffre d’impopularité    où    il    entraîne    l’autre    tête    de    l’exécutif,    Manuel    Valls.    La    publication    récente d’indicateurs   économiques   encourageants,   mais   qui   tiennent   essentiellement   à   des   facteurs   extérieurs, n’y   ont   rien   changé.   La   ficelle   était   trop   grosse.   La   vérité,   c’est   que   la   parole   du   chef   de   l’Etat   n’a   plus aucun   crédit.   La   droite   souligne   ses   faiblesses.   Elle   est   dans   son   rôle.   Mais   une   partie   de   plus   en   plus visible de la gauche hausse le ton dans un climat social plus dégradé que jamais. Agriculteurs,    avocats,    médecins,        enseignants,    commerçants,    artisans    ont    déjà    exprimé    leur mécontentement   depuis   le   mois   de   septembre.   C’est   au   tour   des   forces   de   l’ordre   de   manifester   contre la   «   haine   anti-flics   »,   observée   notamment   en   marge   des   rassemblements   de   Nuit   debout.   Et   voilà   la CGT   qui,   malgré   sa   faible   représentativité,   exige   à   son   tour   le   retrait   d’une   loi   travail   pourtant   vidée   de sa   substance.   La   France   exaspérée   découvre   que   les   fonctionnaires   cégétistes   de   la   «   lutte   sociale   » conservent   un   pouvoir   de   nuisance   qui   leur   permet   de   paralyser   l’approvisionnement   d’énergie   et   les transports…   Où   cela   finira-t-il   ?   Si   l’exécutif   cède,   il   donne   le   sentiment   d’une   impuissance   de   l’état face   aux   casseurs   et   aux   bloqueurs.   Mais,   s’il   se   montre   intransigeant,   il   risque   l’implosion   de   son propre camp où certains voudraient précipiter son échec. La crise institutionnelle n’est pas loin… Dans   ce   contexte   de   ruine   du   pays,   «   la   droite   hors   les   murs   »   s’est   donnée   rendez-vous   à   Béziers,   fin mai.   L’initiative   vise   à   rassembler   toutes   les   bonnes   volontés   au-delà   des   systèmes   partisans,   systèmes égarés   dans   des   querelles   d’ego   et   à   court   d’idées   neuves.   On   sait   que   ce   qui   est   souhaitable   n’est   pas toujours   certain.   Espérons   cependant   qu’elle   sache   transformer   l’exaspération   générale   en   force   de propositions et en actions concrètes.
Retour à la liste
Editorial du n° 152 - Mai 2016
“Ça va mieux”
Cliquez sur l’image pour accéder au site
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux