Retour à la liste Retour à la liste
Cliquez sur l’image pour accéder au site
A   l’heure   de   boucler   le   magazine,   nous   apprenons   que   les terroristes   ont   encore   frappé.   Trois   jours   après   l’arrestation du   dernier   responsable   en   vie   de   la   tuerie   du   13   novembre à    Paris,    Salah    Abdeslam,    l’aéroport    et    le    métro    de Bruxelles   ont   été   visés   par   des   attaques   meurtrières.   C’est- à-dire   que   les   terroristes,   en   dépit   d’une   présence   policière massive,   ont   frappé,   dans   une   sorte   de   riposte,   le   cœur   du quartier   européen   de   la   capitale   belge.   Ainsi   est   l’ennemi islamiste   :   tapi   au   sein   des   populations,   trouvant   refuge dans    des    quartiers    où    il    est    protégé,    il    peut    frapper n’importe     où,     n’importe     quand,     avec     une     rapidité d’exécution   sans   faille.   L’idéologie   dominante   qui,   il   y   a peu    encore,    osait    parler    d’«    actes    isolés    »,    de    «    loups solitaires   »,   voire   même   de   simples   «   déséquilibrés   »,   vole en    éclat    de    façon    dramatique.    La    vérité,    c’est    que    le djihadisme,   structuré   et   organisé,   possède   des   réseaux   et des   relais   partout   en   Europe.   Nos   élites   dirigeantes   ont laissé    prospérer    un    communautarisme    islamique    en    se voilant   la   face   pour   ne   rien   voir.   Pour   ces   bonnes   âmes, l’islam    n’est-il    pas    la    religion    des    réprouvés    ?    Leur responsabilité   est   aujourd’hui   écrasante.   Du   renversement de    Kadhafi,    au    moment    même    où    le    monde    arabe implosait   sous   le   coup   de   «   printemps   »   prétendument   «   démocratiques   »   mais   qui   bénéficièrent d’abord    aux    islamistes    de    toutes    obédiences,    à    la    gestion    de    la    crise    syrienne,    aboutissant    au financement   et   à   l’armement   de   groupes   islamistes   radicaux   à   seule   fin   de   faire   tomber   Bachar   al- Assad,   le   même   humanitarisme   manichéen   a   prévalu   pour   aboutir   à   ce   désastre.   Désastre   consommé avec   la   décision   abracadabrante   et   unilatérale   d’Angela   Merkel   d’inviter   tout   le   monde   en   Europe, provoquant    un    exode    massif    vers    le    Continent    :    c’est    le    sujet    du    prochain    numéro    de    Politique magazine.
L’heure terroriste
Editorial du n° 150 - Avril 2016
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux