Retour à la liste Retour à la liste
Cliquez sur l’image pour accéder au site
Pas un de plus
Editorial du n° 149 - Mars 2016
Francis   Fukuyama   pensait   que   l’histoire   s’achèverait   dans   un large   consensus   universel   sur   la   démocratie   libérale.   Les   faits lui   ont   donné   tort   :   l’histoire   continue.   Elle   semble   même s’accélérer   dangereusement   depuis   quelque   temps,   comme   on le lira dans ce numéro de Politique magazine. A   un   an   du   terme   du   mandat   de   François   Hollande,   jamais,   en effet,   l’horizon   n’a   été   plus   chargé   de   menaces.   Car   la   sourde inquiétude    qui    a    gagné    les    marchés    financiers    mondiaux pourrait   être   les   prémisses   d’une   tempête   qui   se   lève,   plus puissante   encore   que   celle   de   2008.   Certaines   prédictions, venues   en   particulier   des   Etats-Unis,   mettent   en   garde   contre une   montée   des   risques.   Le   ralentissement   de   la   Chine   et   la baisse   des   prix   du   pétrole   ne   justifient   certes   pas   en   eux- mêmes   une   nouvelle   faillite   boursière,   mais   les   dettes   des Etats    européens    redeviennent    l’épée    de    Damoclès    qu’elles n’ont,    en    fait,    jamais    cessées    d’être.    Avec    ses    déficits chroniques   et   sa   dette   pharaonique,   la   France   est   dans   l’œil   du cyclone.   Et   même   si   le   risque   d’un   Brexit,   qui   aurait   ajouté aux   incertitudes,   semble   –   provisoirement   –   écarté,   la   crise migratoire   déclenchée   par   Angela   Merkel   et   la   Commission européenne   continue   de   déployer   ses   effets   délétères.   A   son tour,   la   Belgique   a   rétabli      «   temporairement   »   des   contrôles   à sa   frontière   avec   la   France   pour   faire   face   à   un   éventuel   afflux   de   migrants   quittant   la   jungle   de   Calais   !   La vérité,   c’est   que   l’Europe   de   Schengen   a,   concrètement,   cessé   d’exister.   Sur   ses   ruines,   prospère   ce   que   les médias    appellent    le    «    populisme    »    :    un    divorce    au    potentiel    explosif    entre    les    peuples    et    les    classes dirigeantes,    les    uns    et    les    autres    ne    parlant    plus    du    tout    le    même    langage,    ni    sur    l’identité,    ni    sur l’immigration, ni sur la sécurité… A   ce   propos,   l’écrivain   algérien   Boualem   Sansal   prévient   les   Occidentaux   :   «   L’islamisation   est   en   marche (…)   et   elle   a   des   buts   politiques   offensifs.   La   masse   critique   qui   déclenchera   la   réaction   en   chaîne   n’est   pas loin   d’être   atteinte.   Elle   posera   d’énormes   et   insolubles   problèmes   en   Europe.   »   Qui   voudra   bien   comprendre ?    Sûrement    pas    notre    gouvernement    qui    fait    voter    une    loi    inutile    et    électoraliste    sur    la    déchéance    de nationalité   en   se   donnant   des   airs   martiaux   mais   qui   continue   à   sous-évaluer   les   besoins   du   budget   de   la Défense   nationale.   Politique   du   pompier   pyromane   qui   conduit   à   cette   situation   de   «   flux   tendus   »   décrite   par tous   les   militaires   :   sur   les   fronts   extérieurs   de   la   guerre   contre   l’islamisme,   en   particulier   en   Afrique,   les opérations   se   mènent,   certes   avec   brio,   mais   avec   des   matériels   et   des   crédits   nettement   insuffisants.   Il   en découle   fort   logiquement   que,   sur   le   front   intérieur   ouvert   par   les   attentats   du   13   novembre,   l’armée   française n’a tout simplement plus les moyens des obligations qui lui sont imposées. Des   moyens,   il   en   faudrait   pourtant   à   l’heure   où   le   conflit   syrien   menace   d’un   embrasement   général.   La Russie   compte   ses   alliés   dans   une   région   où   la   calamiteuse   diplomatie   française,   à   la   traîne   des   états-Unis, l’a   laissée   seule   maîtresse   du   jeu.   L’opposition   frontale   guette   entre   Moscou   et   Ankara   qui   se   comporte   de plus   en   plus   en   complice   de   l’état   islamique   et   massacre   les   Kurdes   syriens   qui   sont   pourtant   nos   alliés   dans la   lutte   contre   le   califat   auto-proclamé.   Où   est   la   voix   française   forte,   cohérente   et   indépendante,   que   cette région avait l’habitude d’entendre et écoutait ? Il   reste   un   an   à   François   Hollande   pour   prendre   la   mesure   des   périls   d’un   monde   en   ébullition   et   répondre   à ces   nouveaux   défis.   Mais,   pour   agir   vraiment,   il   lui   faudrait   des   institutions   stables,   solides,   qui   s’inscrivent dans   la   durée.   Pas   celles   qu’il   achève   de   dévoyer   en   les   réduisant   à   de   dérisoires   calculs   politiciens   et   à   des petits arrangements entre amis. Encore un an ! Pas un de plus. Sinon…
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux