Retour à la liste Retour à la liste
Cliquez sur l’image pour accéder au site
Entre   ce   qu’il   est   convenu   d’appeler   les   «   élites   »   et   la   population, il   n’y   a   plus   seulement   un   fossé.   Il   y   a   désormais   un   gouffre.   Un abîme.   Selon   un   sondage   publié   le   mois   dernier,   seul   un   Français sur    dix    a    confiance    dans    les    partis    politiques.    Un    Français    sur quatre   dans   les   médias.   Ce   décalage   déjà   ancien   entre   le   «   pays légal    »    et    le    «    pays    réel    »    va    en    s’accentuant    et    s’observe dorénavant un peu partout en Europe. Exemple.    Désignée    personnalité    de    l’année    par   Time    Magazine pour   sa   décision   d’accueillir   800   000   migrants,   Angela   Merkel   a finalement    reconnu    que    «    le    multiculturalisme    conduit    à    des sociétés   parallèles   et   qu’il   demeure,   par   conséquent,   une   grande illusion   »…   Constat   en   forme   d’aveu   qui   sous-estime   cependant l’échec   de   la   politique   migratoire   imposée   conjointement   par   la chancelière     allemande     et     la     Commission     européenne,     avec l’approbation   zélée   de   François   Hollande.   Car,   dans   la   nuit   du   31 décembre,   à   Cologne,   le   réel   a   bien   eu   lieu   pour   paraphraser   le   titre d’un   livre   de   Michel   Onfray.   Des   milliers   d’hommes,   demandeurs d’asile    pour    la    plupart,    ont    violenté    ou    violé    des    centaines    de femmes,   parfois   sous   les   yeux   de   forces   de   l’ordre   débordées   ou étrangement   atones.   Les   autorités   allemandes   –   police,   médias,   élus   –   ont   d’abord   cru   avisé   de   dissimuler l’ampleur   de   ces   agressions.   Mal   leur   en   a   pris.   Les   réseaux   sociaux   se   sont   emparés   de   l’information   :   on apprenait   alors   que   des   faits   similaires   avaient   été   constatés,   et   pareillement   censurés,   dans   plusieurs   autres villes   d’Allemagne,   mais   aussi   en   Autriche,   en   Suisse,   en   Finlande.   En   Suède,   le   Premier   ministre   a   même accusé   sa   police   de   «   déni   de   démocratie   »   pour   avoir   caché   l’explosion   du   nombre   de   viols   dans   son   pays. Mais   à   Stockholm   comme   à   Cologne,   la   police   a   fait   ce   qu’on   lui   demandait   :   elle   a   fermé   les   yeux,   elle   n’a pas voulu voir. Cette   irruption   du   réel   ébranle   en   effet   toutes   les   certitudes   établies.   Elle   bat   en   brèche   les   lieux   communs   de cet   antiracisme   «   en   train   de   devenir   fou   »,   pour   parler   comme Alain   Finkielkraut,   qui   consiste   à   culpabiliser le   «   Même   »   pour   faire   de   «   l’Autre   »   une   victime.   Et   elle   donne   à   voir   froidement   le   résultat   concret   d’une politique   multiculturaliste   –   essentiellement   motivée   par   des   questions   économiques   et   démographiques   imposée   au   forceps.   D’où   cette   incroyable   rétention   d’information.   D’où,   également,   ces   invraisemblables précautions   sémantiques.   Une   fois   l’affaire   rendue   publique,   le   maire   de   Cologne   a   recommandé   à   ses administrées   de   garder   «   une   distance   plus   longue   que   le   bras   tendu   »   avec   les   nouveaux   arrivants.   Le   tout, bien   sûr,   pour   ne   «   stigmatiser   »   personne.   Comme   si   nous,   pauvres   citoyens,   étions   incapables   de   saisir   les nuances et d’établir les distinctions nécessaires. Ainsi   vont,   en   Allemagne   comme   en   France,   les   élites   politiques,   médiatiques,   intellectuelles.   Pour   les citoyens,   le   danger   principal   est   le   terrorisme   islamiste.   Pour   elles,   c’est   le   fascisme,   l’extrême   droite.   Les uns   sont   d’abord   préoccupés   par   leur   sécurité.   Les   autres   le   sont   avant   tout   par   les   droits   de   l’homme.   Les peuples   expriment   de   plus   en   plus   un   désir   de   patriotisme.   Les   élites   ne   jurent   que   par   l’Europe   et   la mondialisation.   Un   sondage   CEVIPOF   de   février   2015   soulignait   que   pour   87%   des   Français   les   politiques ne   tiennent   pas   compte   de   leurs   préoccupations…   Il   n’y   a   pas   à   chercher   plus   loin   l’explication   à   la   forme explosive des mouvements populistes en Europe. En   France,   Nicolas   Sarkozy   vient   d’annoncer   qu’il   ne   reviendrait   pas   sur   la   Loi   Taubira   après   avoir   promis qu’il   l’abrogerait   s’il   était   élu.   On   s’en   doutait.   Mais   on   en   reste   pas   moins   effaré   par   cette   capacité   de   nos dirigeants à trahir toutes leurs promesses. Et à creuser toujours un peu plus la tombe du politique.
Editorial du n° 148 - Février 2016
Le réel a lieu