Retour à la liste Retour à la liste
Cliquez sur l’image pour accéder au site
Il   était   interdit   de   le   dire,   mais   il   s’agit   donc   bien   d’une   guerre. François   Hollande   a   lâché   le   mot   qu’il   s’était   jusqu’à   présent refusé   à   prononcer.   Une   guerre   qui,   depuis   les   terrains   d’Afrique et    du    Proche-Orient,    se    propage    sur    notre    sol    et    se    déroule désormais   à   l’intérieur   même   de   notre   société   où   des   islamistes radicalisés,   qui   sont   aussi   des   ressortissants   français,   massacrent   à la   kalachnikov   ceux   qui   sont   leurs   compatriotes.   Ce   13   novembre, notre   pays   a   soudainement   pris   conscience   de   la   gravité   de   la situation.    L’ennemi    peut    frapper    n’importe    qui,    n’importe    où, n’importe   quand. Avec   une   rapidité   d’exécution   sans   précédent   et une sauvagerie qui atteint des sommets d’abomination barbare. Depuis    janvier,    les    alertes    sérieuses    n’avaient    pourtant    pas manqué.   L’attaque   avortée   dans   le   Thalys   ?   L’étudiant   soupçonné de   planifier   des   attentats   contre   des   églises   à   Villejuif   ?   L’homme mis   en   examen   pour   avoir   décapité   son   employeur,   en   Isère,   avant d’accrocher   sa   tête   à   un   grillage   avec   le   drapeau   noir   des   milices islamistes   ?   Des   «   actes   isolés   »   de   «   loups   solitaires    »,   le   fait   de simples    «    déséquilibrés     »,    affirmaient,    sans    rire,    les    chœurs pudibonds   de   l’idéologie   dominante,   sans   vouloir   entendre   les policiers   et   les   magistrats,   comme   le   juge   anti-terroriste   Marc Trévidic,   qui   mettaient   en   garde   contre   la   catastrophe   à   venir… Pour   ces   thuriféraires   du   «   vivre-ensemble   »,   encore   enivrés   des slogans   puérils   de   «   l’après-Charlie    »,   l’essentiel,   bien   entendu, était de ne surtout pas « stigmatiser  ». Or,   par   un   retournement   sémantique   littéralement   sidérant,   les   voilà   qui   parlent   aujourd’hui   de   «   guerre   de civilisations    »   !   Le   si   décrié   Samuel   Huntington   tient   sa   revanche   :   après   l’effondrement   du   bloc   communiste, affirmait   le   professeur   américain   dans   un   livre   fameux   paru   en   1996,   les   conflits   ne   seront   plus   fondés   sur   des clivages   idéologiques   et   politiques,   mais   sur   des   clivages   culturels   et   religieux…   Nous   y   sommes,   tout   le   monde en convient. Mais,   pour   mener   une   guerre,   encore   faudrait-il   savoir   la   penser   et   s’entendre   sur   le   terme   «   civilisation    »…   Or, contrairement   à   ce   que   feignent   de   croire   nos   hommes   politiques   qui   n’ont   que   le   mot   «   République    »   à   la bouche,   ce   ne   sont   pas   tellement   les   «   valeurs   républicaines    »   –   ridiculement   réduites   aux   loisirs   offerts   par   le mode   de   vie   occidental   –   qui   ont   été   visées   par   l’islamisme   radical.   C’est   la   France,   considérée,   bien   malgré   ses dirigeants,    comme    une    terre    chrétienne    –    un    pays    «    croisé     »    comme    il    est    dit    dans    le    communiqué    de revendication   des   attentats   publié   par   Daesh.   Indépendamment   des   confessions   particulières   des   victimes,   c’est donc à l’identité profonde de notre pays – ce mot tabou ! –, que les assassins s’en sont pris. Après   cette   tragédie,   les   Français   seraient   en   droit   d’attendre   ce   que   le   philosophe   Michel   Onfray   appelle   une   « grande   politique    ».   Mais   des   hommes   qui   ont   fait   du   mépris   des   racines   chrétiennes   de   notre   pays   et   de   la repentance   généralisée   la   justification   de   toute   leur   vie   publique,   peuvent-ils   saisir   les   enjeux   posés   par   ce   «   choc de   civilisation    »   ?   Ce   n’est   que   du   bout   des   lèvres   que   les   autorités   ont   évoqué   le   terrorisme      «    djihadiste    »   pour ne   pas   le   qualifier   d’islamiste,   ce   qu’il   est   concrètement.   Ce   déni   fait   des   ravages.   Il   consiste   à   nous   culpabiliser en « victimisant  » les musulmans au nom d’une laïcité dévoyée qui fait de l’islam la religion des réprouvés. Cette   idéologie   a   fait   le   lit   de   l’islamisme   radical.   Elle   a   enfanté   des   monstres   dans   ces   «   quartiers   perdus   de   la République   »   dont   on   n’a   pas   fini   d’entendre   parler.   écoutons,   à   ce   propos,   l’écrivain   algérien   Boualem   Sansal, interrogé   dans   le   Figaro   Magazine   :   «   Les   intellectuels   qui,   tels   des   idiots   utiles,   marchaient   dans   ce   système   de la    victimisation    de    l’islam    et    de    l’immigré    ne    se    rendent    pas    compte    du    mal    qu’ils    font,    et    d’abord    aux musulmans  ». Qui l’entendra ?
Editorial du n° 146 - Décembre 2015
Une guerre
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux