Retour à la liste Retour à la liste
Cliquez sur l’image pour accéder au site
Pour    dépeindre    les    mœurs    politiques    hexagonales,    il faudrait   un   nouveau   Montesquieu.   Sans   doute   le   héros   de contemporaines   Lettres   persanes   écarquillerait-il   les   yeux devant    le    spectacle    offert    par    les    hommes    à    qui    les Français    ont    confié    leur    destin.    à    commencer    par    un président    de    la    République    conspué    à    La    Courneuve, accumulant    les    mauvais    sondages,    mais    affichant    en toutes   circonstances   l’air   satisfait   de   celui   qui   se   voit   déjà réélu en 2017. Une   obsession   qu’un   certain   discours   médiatique,   après avoir   cédé   à   un   «   Hollande   bashing    »   facile   et   vendeur, alimente   depuis   quelques   semaines   en   laissant   entendre qu’il   pourrait   y   avoir   du   génie   politique   chez   le   sociétaire de l’Élysée. N’a-t-il    pas    prévu    que    la    croissance    reprendrait    juste avant   la   présidentielle   de   2017   ?   Ne   fait-il   pas   tout   ce qu’il   peut   pour   favoriser   le   succès   du   FN   aux   régionales, obligeant   ainsi   la   droite   à   se   déchirer   et   la   gauche   à   se rassembler   derrière   lui   ?   Ne   prépare-t-il   pas   l’avenir   de   la planète   en   organisant,   à   Paris,   la   Conférence   des   Nations unies   sur   les   changements   climatiques,   la   Cop   21   ?   Fort de   cette   image   forgée   par   ses   communicants,   persuadé que    nul,    dans    son    camp,    n’osera    le    défier,    François Hollande   dévoile   donc   peu   à   peu   sa   stratégie   de   campagne   pour   la   prochaine   présidentielle,   avec   le   culot d’un joueur de poker. Partout   la   colère   gronde,   mais   lui   se   présente   comme   le   garant   raisonnable   d’une   «   société   apaisée   »,   qui se   transforme   en   douceur,   en   particulier   grâce   au   dialogue   social   dont   il   veut   faire   l’un   des   symboles   de son   quinquennat.   Pendant   ce   temps,   ceux   qui   regardent   la   réalité   en   face   –   ils   sont   encore   quelques-uns   à gauche   –,   craignent   la   «   coagulation   des   mécontents    »,   ce   scénario   catastrophe   redouté   par   tous   les gouvernements. Et se demandent bien de quel « dialogue social » le chef de l’état peut se targuer. Début   septembre,   ce   sont   les   agriculteurs   qui   exprimaient   à   Paris   l’exaspération   d’une   profession   rendue exsangue   par   les   réglementations   en   tous   genres   et   la   baisse   constante   de   ses   revenus.   En   France,   un agriculteur se suicide tous les deux jours. Le   14   octobre   ce   sont   les   forces   de   l’ordre,   une   première   depuis   1983,   qui   s’insurgeaient   contre   la politique   pénale   du   gouvernement   et   le   laxisme   de   Christiane   Taubira.   La   blessure   d’un   policier   touché par   balle   à   Saint-Ouen,   en   Seine-Saint-Denis,   du   fait   d’un   braqueur   radicalisé   en   permission   de   sortie   de prison,   a   été   la   goutte   d’eau   qui   a   fait   déborder   le   vase   :   22   policiers   sont   agressés   physiquement   chaque jour en France… Le    15    octobre,    c’est    la    disposition    de    la    loi    de    finances    contraignant    les    avocats    à    contribuer    au financement de l’aide juridictionnelle qui met le feu aux poudres et provoque la colère de la profession. Médecins   (vent   debout   contre   le   projet   de   loi   santé),   enseignants   (toujours   furieux   contre   la   réforme   du collège),   buralistes   (la   profession   –   126   000   personnes   –   menace   de   descendre   dans   la   rue   pour   protester contre   les   nouvelles   réglementations),   retraités   (qui   réclament   l’alignement   des   systèmes   de   retraites), commerçants et artisans (écrasés par les taxes)… L’inventaire   des   colères   sociales   est   long   comme   le   bras   et   le   ressentiment   général.   François   Hollande entend-il   cette   colère   qui   n’épargne   aucun   secteur   ?   Que   nenni.   Rien   de   tout   cela   ne   semble   l’inquiéter. Pas   même   que   ses   plus   proches   soutiens,   comme   le   ministre   de   la   Défense,   préfèrent   quitter   le   navire avant qu’il ne se change en galère. Apprécié   des   militaires   –   il   a   arrêté   une   fronde   des   gradés   en   sauvant   ce   qu’il   pouvait   du   budget   de   la Défense   –,   compensant   comme   il   le   peut   le   naufrage   diplomatique   de   Laurent   Fabius   (on   le   lira   dans notre   dossier),   Jean-Yves   Le   Drian   préfère   prendre   la   tête   de   la   liste   socialiste   aux   élections   régionales   en Bretagne   –   une   région   qui   vote   à   gauche   –   plutôt   que   de   rester   au   gouvernement.   Comme,   avant   lui, François Rebsamen, redevenu maire de Dijon. On imagine avec un certain soulagement. Hollande,   champion,   dans   un   passé   récent,   des   synthèses   molles   et   des   motions   désincarnées,   devenu subitement   un   tacticien   hors   pair   ?   Hollande   génie   politique,   Mazarin   des   temps   modernes   ?   Mais   à   qui veut-on faire prendre des vessies pour des lanternes ?
Editorial du n° 145 - Novembre 2015
Hollande, génie politique ?
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux