Retour à la liste Retour à la liste
Cliquez sur l’image pour accéder au site
“   L’incroyable   madame   Merkel    “,   titraient   récemment   nos estimables    confrères    du    Point.    Oui,    incroyable    madame Merkel   qui,   après   avoir   invité   les   demandeurs   d’asile   à profiter    massivement    de    la    générosité    allemande,    a    été contrainte   de   refermer   ses   frontières,   suspendant   ainsi   les accords de Schengen. Incroyable   Madame   Merkel   qui,   tel   un   phare   dans   la   nuit des   égoïsmes   nationaux,   a   indiqué   «   le   cap   des   droits   de l’homme    »   à   l’Europe   éblouie   mais,   ce   faisant,   a   créé   un immense    et    incontrôlable    appel    d’air    dont    ses    voisins auront   à   supporter   les   conséquences   :   depuis   la   Syrie   ou   la Libye,    ce    sont    des    centaines    de    milliers,    peut-être    des millions   de   migrants   qui   vont   tenter   d’entrer   sur   le   sol européen dans les mois et les années qui viennent. Situation   intenable,   tant   pour   des   pays   dont   les   capacités d’intégration   économiques,   culturelles   et   religieuses   sont déjà   mises   à   rude   épreuve,   que   pour   des   migrants   attirés par    le    prétendu    El    Dorado    européen    et,    finalement, victimes de trafiquants d’êtres humains sans scrupule. Mais       c’est       ainsi.       Dans       l’Europe       d’aujourd’hui, l’Allemagne,   puissance   dominante,   croit   pouvoir   ne   rien demander    à    personne.    Décidant    d’abord    d’un    accueil massif     de     réfugiés     sans     consulter     aucun     de     ses     « partenaires    »   ;   menaçant   ensuite   de   rétorsions   financières   les   récalcitrants   à   sa   «   politique   des   quotas    »   ; accusant enfin ceux qui refusent d’obtempérer à ses diktats de couvrir l’Europe de « honte  ». Mais    qui,    hormis    quelques    bonnes    âmes    françaises,    peut    encore    être    aveuglé    par    ce    vocabulaire moralisateur   utilisé   dans   le   seul   but   de   justifier   une   politique   que   l’Allemagne,   marchant   comme   toujours main dans la main avec la Commission européenne, pense conforme à ses intérêts ? Ses   dirigeants   considèrent   en   effet   que   cet   afflux   de   migrants   lui   est   bénéfique   en   raison   de   son   problème démographique.   Soit.   Mais,   voulant   imposer   ses   vues   de   gré   ou   de   force,   Berlin   a   sous-estimé   la   capacité de   réaction   de   peuples   –   particulièrement   à   l’est   de   l’Europe   –   non   encore   anesthésiés   par   le   droit-de- l’hommisme de la technocratie bruxelloise. La   réunion   des   ministres   européens   de   l’Intérieur,   le   22   septembre,   a   débouché   sur   un   accord   en   catimini   : la   prise   en   charge   de   120   000   migrants   (mais   ils   seraient   en   réalité   800   000…)   répartis   entre   les   différents pays.   Solution   ponctuelle   qui   ne   fait   que   repousser   le   problème   d’une   crise   humanitaire   qui   s’annonce longue   et   durable.   Dans   leur   grande   majorité,   les   28   pays   de   l’Union   refusent   en   effet   d’ouvrir   grand   leurs portes. Du   Danemark   à   la   Lettonie,   de   la   Roumanie   au   groupe   de   Visegrad   –   Pologne,   Hongrie,   République Tchèque,   Slovaquie   –,   des   gouvernements   ne   cèdent   rien   aux   injonctions   berlinoises.   On   ne   saurait   le   leur reprocher.   C’est   même   tout   à   leur   honneur   de   défendre   en   premier   lieu   le   bien   de   leur   peuple.   Mais   que reste-t-il,   alors,   de   l’Union   européenne   ?   Rien   ou   pas   grand-chose…   Elle   qui   devait   répartir   ses   efforts   au nom   d’intérêts   partagés,   se   montre   incapable   d’échafauder   une   politique   commune.   Elle   qui   avait   érigé   en sacro-saint   principe   la   «   libre-circulation   des   personnes  »   voit   des   frontières   nationales   rétablies   un   peu partout. Quant   à   la   France,   sa   faiblesse   politique   la   condamne   une   fois   de   plus   à   un   rôle   de   supplétif   –   rôle   que François   Hollande   remplit   avec   un   zèle   sans   pareil.   Pourtant,   face   à   cette   crise   qui   «   met   en   cause   les fondements   même   de   l’Europe    »,   comme   l’a   dit   Laurent   Fabius,   son   premier   devoir   serait   de   se   comporter en   chef   d’une   nation   souveraine,   capable   d’insuffler   au   Vieux   Continent   une   politique   raisonnable,   en dehors de tout esprit impérial. La   vocation   de   notre   pays,   sa   situation   géographique,   son   histoire,   tout   concourt   à   lui   faire   jouer   ce   rôle. Hélas,   il   y   a   longtemps   que   ses   dirigeants   y   ont   renoncé,   laissant   l’Europe   se   constituer   progressivement en super-état fédéral assujetti à l’Allemagne. Que   la   révolte   des   souverainetés   bafouées   viennent   des   pays   anciennement   sous   domination   germanique et   soviétique,   quelle   leçon   pour   nos   élites   politico-médiatiques   béatement   soumises   à   «   increasable madame Merkel »…
Editorial du n° 144 - Octobre 2015
Incroyable Mme Merkel
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux