Retour à la liste Retour à la liste
Cliquez sur l’image pour accéder au site
Nous   sommes   en   «   guerre    ».   Après   les   attentats   en   Isère,   Manuel   Valls, lui-même,    a    lâché    le    mot.    Une    guerre    dont    la    violence    aveugle    se manifeste   sans   limite.   Sur   les   lointains   terrains   d’Afrique   et   du   Proche- Orient,   mais   également   tout   près   de   nous,   sur   notre   sol,   dans   les   églises, les écoles, les transports en commun. Sur   le   front   extérieur   :   l’État   islamique   vient   de   dynamiter   le   temple hellénistique   de   Baal,   à   Palmyre   en   Syrie,   après   avoir   mis   en   scène   la décapitation   du   conservateur   de   ce   site   classé   au   patrimoine   mondial   de l’humanité.   Sur   le   front   intérieur   :   un   homme,   présenté   d’abord   comme un    «  déséquilibré     »,    mais    en    réalité    lié    à    la    mouvance    islamiste,    a cherché,    le    21    août,    à    provoquer    un    carnage    dans    le   Thalys    reliant Amsterdam    à    Paris.    Si    l’intervention    héroïque    de    trois    touristes américains   a   permis   d’échapper   au   pire,   il   s’en   est   fallu   de   peu   pour qu’Ayoub El Khazzani ne perpètre un véritable massacre. Mais   la   chance   ou   le   courage   ne   suffiront   pas   toujours   à   annihiler   les actions   d’individus   fanatisés   et   prêts   à   toutes   les   extrémités.   Le   parcours d’El   Khazzani,   radicalisé   en   Espagne   façon   «   loup   solitaire    »   et   repéré par   les   services   de   renseignements,   ressemble   à   celui   de   ses   semblables qui   ont   récemment   défrayé   la   chronique   du   terrorisme   hexagonal   :   Sid Ahmed   Ghlam,   étudiant   soupçonné   de   planifier   des   attentats   contre   des   églises   à Villejuif,   dans   le Val-de-Marne,   ou encore   Yassin   Salhi,   mis   en   examen   pour   avoir   décapité   son   employeur   avant   d’accrocher   sa   tête   à   un   grillage, entourée de drapeaux islamistes. La   fréquence   de   plus   en   plus   rapprochée   de   ces   attaques   –   combien   depuis   l’équipée   sanglante   de   Mohamed   Merah en   2012   ?   –   devrait   imposer   une   révolution   de   pensée   à   nos   dirigeants.   Il   apparaît   ainsi   de   plus   en   plus   nettement que    l’idéologie    droit-de-l’hommiste    qui    leur    tient    lieu    de    ligne    directrice    mène    à    une    impasse.    La    morale incantatoire   ne   fait   pas   une   politique.   Pas   plus   que   le   rêve   d’une   Europe   de   la   «   libre   circulation   des   personnes    », totalement inadapté à la nouvelle donne mondiale, et qui vire au cauchemar. Oui,   on   est   en   droit   de   s’interroger   sur   la   présence   d’étrangers   sur   notre   territoire   dont   les   liens   avec   l’islamisme radical   ont   été   identifiés.   Il   est   sidérant   qu’Ayoub   El   Khazzani   ait   pu,   sans   être   inquiété,   monter   dans   un   train   avec, dans   son   sac,   un   pistolet   et   une   kalachnikov.   D’autant   plus   que   l’on   apprend   que   l’homme   a   fait   l’objet   d’une   fiche «   S    »   –   pour   «   Sûreté   de   l’État    ».   Ces   fiches,   établies   par   les   services   de   renseignements,   permettent   de   repérer   des suspects   en   cas   de   contrôle   de   police.   Très   bien.   Mais   quelle   est   leur   utilité   si   ces   individus   peuvent   aller   et   venir librement, sans le moindre contrôle, à travers l’Europe sans frontières de Schengen ? Oui,   la   coopération   européenne   est   un   échec   :   il   faut   d’urgence   rétablir   une   surveillance   aux   frontières   et   contrôler drastiquement les vagues migratoires – pourvoyeuses de terroristes en puissance – qui submergent le continent. Oui, les ratés de l’intégration ont favorisé un communautarisme, terreau du radicalisme, qui gangrène nos sociétés. Oui, le laxisme de la politique pénale est un pousse-au-crime pour des islamistes fanatisés. Oui,   l’intervention   en   Libye   a   été   une   grave   erreur   stratégique   créant,   dans   le   monde   arabe,   une   nouvelle   poudrière s’ajoutant aux déflagrations en série provoquée par l’invasion de l’Irak en 2003. Oui,   les   relations   ambigües   que   nous   entretenons   avec   certains   islamistes   à   l’étranger   sont   parfaitement   contre- productives et favorisent même les assassins de chrétiens. Avant   de   s’attaquer   aux   causes   du   terrorisme   islamique,   commençons   par   identifier   les   erreurs   tragiques   qui   ont conduit   à   cette   situation   devenue   explosive   et   dont   nos   dirigeants   portent   la   lourde   responsabilité.   Qui   osera   dresser l’inventaire ? 
Editorial du n° 143 - Septembre 2015
Le temps de l’inventaire
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux