UN NUMÉRO EXCEPTIONNEL
Abonnement : 4 numéros par an. La Nouvelle Revue Universelle, 1 rue de Courcelles, 75008 PARIS Tarifs   Normal, 1 an,     70 €  Soutien, 1 an    100 € Normal, 2 ans,  130 € Réduit,  1 an (étudiants, chômeurs) 40 €. Étranger et DOM-TOM : 77 €
Téléchargez le formulaire
Le   6   décembre   2014   se   tenait,   salle   Rossini   à   Paris,   le   premier colloque   du   Cercle   Vauban,   «   Vauban   I   »   en   quelque   sorte… comme   on   dirait   d’un   concile   !   À   ses   trois   cents   participants,   il   a laissé   un   souvenir   marquant.   Son   programme   s’était   donné   un   air de   slogan   :   «   Pour   un   nouveau   régime    ».   Mais,   précédant   cet appel   au   changement   de   système,   et   au   fil   d’une   suite   serrée d’interventions,   on   put   y   assister   à   une   rigoureuse   démonstration :   non   seulement   la   France   était   en   voie   de   décomposition,   «   en lambeaux    »,   mais   elle   était   politiquement   dans   une   impasse,   le régime   se   révélant   incapable   de   remettre   en   cause   ses   propres bases.   Pas   d’autre   issue,   donc,   qu’un   bouleversement   politique radical. Un   an   plus   tard,   diagnostic   et   remède   –   s’en   étonnera-t-on   ?   n’ont   pas   pris   une   ride.   Et   leur   évidence   ne   fait   pas   un   pli…   C’est pourquoi   le   Cercle   Vauban    a   décidé   de   pérenniser   sur   le   papier   ce moment    privilégié    de    vérité    politique    qu’a    été    son    premier colloque   en   demandant   à   la   Nouvelle   Revue   universelle    de   lui consacrer un numéro entier. Les   Actes    de    «    Vauban    I     »    :    un    instrument    de    travail    et    un message particulier à transmettre   En   publiant   les Actes   de   «   Vauban   I   »,   le   Cercle   Vauban    n’entend évidemment    pas    s’accorder    un    brevet    d’autosatisfaction.    Son intention   est   de   proposer   un   instrument   de   travail   qui   explicite   se   situe   l’axe   central   de   sa   réflexion.   Dans   l’ensemble   de   notre paysage    politique    et    culturel,    les    objectifs    qu’il    s’est    fixé présentent   en   effet,   un   caractère   tout   à   fait   spécifique.   Sans   du tout   contredire   les   diverses   et   souvent   superbes   initiatives   prises ailleurs   –   mouvements,   associations   et   lieux   de   réflexion   ou   de formation   animés   par   le   même   esprit   de   révolte,   surtout   depuis   le succès   de   la   Manif   pour   tous    –,   le   Cercle   Vauban    est   convaincu d’avoir un message particulier à transmettre. Il   vise   tous   ceux   pour   qui   l’amour   de   la   France   est   d’abord   un   sentiment   inné,   spontané,   sorti   du   cœur,   mais   aussi   une perception   raisonnée,   fondée   sur   l’héritage   reçu,   l’éducation,   l’expérience   et   la   culture.   De   son   histoire   millénaire,   la France   a,   Dieu   soit   loué,   hérité   des   reins   solides.   Il   en   fallait   pour   résister   à   des   gouvernements   qui,   depuis   des décennies,   suscitent   un   esprit   de   guerre   civile   permanente   allant   jusqu’aux   guerres   de   religion   déclenchées   par   un laïcisme   fanatique   ;   qui,   de   1870   à   1940,   ont   en   moins   de   70   ans      provoqué   trois   invasions   de   la   France   ;   qui,   en Algérie,   ont   engagé   une   guerre   gagnée   militairement   et   perdue   politiquement   ;   qui   ont   sacrifié   l’indépendance   et   la prospérité   nationales   à   des   chimères   pseudo-européennes   et   mondialiseuses   ;   qui   ont   laissé   s’installer   sur   le   territoire des    populations    entières    dans    des    conditions    suicidaires    avec    les    conséquences    dramatiques    que    l’on    connaît aujourd’hui   ;   qui,   enfin,   à   bout   d’idées   nocives,   en   viennent   à   vouloir   liquider,   en   toute   inconscience,   les   fondements même de notre culture et de notre civilisation. Avec    l’offensive    contre    l’institution    conjugale,    par    cette    trop    fameuse    loi    Taubira    issue    d’un    lobby    au    pouvoir d’influence   inversement   proportionnel   à   son   importance   numérique,   la   spirale   du   déclin   paraissait   en   effet   sans   appel. Pour   beaucoup,   la   France   semblait   en   voie   de   dissolution   inéluctable.   Penser   la   disparition   de   la   France,   disait Bainville, serait impie, mais pas absurde. Nous y étions… C’est   alors   qu’a   surgi   le   Printemps   2013   !   Divine   surprise,   printemps   de   grâce,   jaillissement   inespéré   d’un   renouveau, la   France   de   toujours   descendait   dans   la   rue   pour   crier   son   refus   de   mourir.   Ces   foules   joyeuses,   familiales,   détendues, ces   jeunes   de   tous   âges,   sans   haine   mais   déterminés,   ont   révélé   à   la   face   du   monde   que   la   France   pouvait   encore   se tenir   debout,   crier   sa   révolte   et   son   indignation.   Révolte   vraie,   authentique   indignation   qui   ne   devaient   rien   aux boursouflures d’un système médiatique aligné, aseptisé, robotisé. La   déception   qui   suivit   fut   cruelle.   La   loi   scélérate,   dénoncée   et   rejetée   par   le   déferlement   populaire,   aurait   dû   être révisée,   ou   retirée,   comme   Mitterrand   l’avait   fait   pour   l’école   en   1984.   On   sait   qu’il   n’en   a   rien   été.   S’arc-boutant   sur deux   piliers   qu’il   contrôlait   l’un   et   l’autre,   la   force   policière   et   l’institution   parlementaire,   le   pouvoir   est   passé   en   force. Assumant cyniquement l’image d’un nouveau totalitarisme.     Réforme des institutions et réforme intellectuelle et morale vont de pair Tout   ceci,   direz-vous,   est   bien   connu.   Oui.   Mais   ce   rappel   est   l’occasion   de   discerner   ce   que   le   caractère   extrême   de   la situation   de   2013   a   ouvertement   révélé.   Est   apparue   d’une   manière   éclatante   cette   réalité   demeurée,   en   général,        latente    :    sous    couvert    d’une    alternance    droite/gauche    d’apparence,    un    pouvoir    qui    sacrifie    délibérément    le    bien commun   aux   intérêts   particuliers   qu’il   sert   peut   parvenir   à   rester   indéfiniment   aux   commandes.   Et   donc   à   assurer indéfiniment    le    blocage    de    toute    réforme    profonde,    qu’elle    concerne    la    famille,    l’enseignement,    la    monnaie,    la politique   européenne,   la   défense   ou   les   problèmes   sociétaux.   Pour   assurer   la   continuité   de   ce   monopole   et   de   cette capacité    de    blocage,    le    pouvoir    doit    systématiquement    empêcher    toute    remise    en    cause    des    institutions    qui    en garantissent   le   maintien.   Tous   ses   efforts   et   toute   son   habileté   consistent   à   préserver   le   système   institutionnel   de   tout risque de transformation en profondeur qui ouvrirait la porte à l’indispensable réforme intellectuelle et morale. C’est   ce   goulot   d’étranglement   sur   la   voie   de   notre   salut,   pas   toujours   clairement   perçu,   que   le   Cercle   Vauban    entend mettre en pleine lumière. Que   l’on   ne   s’y   trompe   pas.   Il   ne   s’agit   pas   du   tout   de   renoncer   à   rappeler   la   nécessité   d’une   réforme   intellectuelle   et morale.    Les    racines    de    la    société    française,    aujourd’hui    négligées,    oubliées    ou    bafouées,    la    fonction    des    corps intermédiaires   et   le   respect   du   principe   de   subsidiarité,   le   rôle   du   spirituel   et   de   la   religion   dans   notre   équilibre politique,   économique   et   social   ou   encore   la   place   centrale   du   bien   commun   dans   notre   vie   collective,   ne   quittent   pas un instant le champ de nos préoccupations. En   réalité,   réforme   des   institutions   et   réforme   intellectuelle   et   morale   sont   indissolublement   liées.   Mais   l’une   doit-elle passer   avant   l’autre   ?   Éternelle   question   de   l’œuf   et   de   la   poule.   Dans   l’univers   marxiste,   Gramsci   l’avait   tranchée   en privilégiant   la   conquête   des   esprits,   la   prise   de   pouvoir   culturelle,   sans   d’ailleurs   parvenir   à   prouver   une   plus   grande efficacité de sa méthode pour faire la révolution. Certains   de   nos   amis   se   demandent   s’il   n’y   a   pas   du   bon   grain   à   y   prendre   pour   servir   notre   propre   cause.   Ils   ont sûrement   raison   d’y   réfléchir,   la   question   est   importante.   Le   Cercle   Vauban ,   pour   sa   part,   est   convaincu   que   de reconnaître   la   priorité   pratique   conférée   au   combat   institutionnel   n’obère   en   rien   l’indispensable   retournement   de l’esprit   public   dans   le   sens   du   droit   naturel   et   du   souci   primordial   du   bien   commun   :   le   «   politique   d’abord   »   n’a   jamais rien signifié d’autre et, par la diversité de ses travaux, le Cercle Vauban  prouve qu’il est le dernier à l’oublier. Mais   en   France,   dans   les   conditions   présentes,   l’expérience   montre   que   c’est   par   la   voie   politico-institutionnelle   que   le mal   –   le   mal   français   dénoncé   dans   la   conclusion   du   colloque   –   s’est   imposé.   Et   c’est   par   la   même   voie   qu’il   perpétue son   emprise.   Notre   tâche   est   de   le   faire   comprendre,   et   de   le   dénoncer,   avec   tous   les   moyens   que   nous   sommes   en mesure de mobiliser. « Être (ou ne pas être) républicains  » En   pleine   Révolution,   découvrant   la   «   république    »,   les   Français   ont   pu   croire   à   un   avenir   limpide,   le   principe   de   base du   «   nouveau   régime   »   semblant   transparent   :   tout   le   pouvoir   au   peuple.   C’est-à-dire   à   nous   tous.   À   nous   tous   ?   Est-ce à   dire   à   chacun   de   nous   ?   Difficile   question,   inauguratrice   d’une   réflexion   sans   fin   ni   fond   sur   la   nature   de   la démocratie.    On    y    tombe    sur    des    apories    comme    celle-ci    :    si    le    peuple    choisit    la    dictature,    la    situation    est-elle démocratique   ? Aporie,   certes,   mais   devenue   une   effrayante   réalité   :   elle   a   mis   le   feu   au   XXe   siècle,   celui   des   camps   de la mort et du goulag. D’ailleurs,   on   l’a   souvent   noté,   quand   on   parle   de   l’Ancien   Régime,   on   sait   ce   que   c’est,   mais   on   serait   bien   en   peine de   dire   ce   qu’est   le   «   nouveau   régime    ».   Depuis   plus   de   deux   cents   ans,   la   France   est   à   sa   recherche.   Dans   une   vieille chanson   de   notre   folklore,   la   «   femme   du   roulier    »   –   les   plus   jeunes   la   découvriront   sans   peine   sur   Internet   –,   l’héroïne «   cherche   son   mari   de   taverne   en   taverne,   avec   une   lanterne    »… Ainsi   la   République   va-t-elle,   les   droits   de   l’homme   à la   main,   à   la   recherche   de   la   formule   la   mieux   adaptée   à   ses   «   valeurs    »   du   moment.   Ses   changements   de   numéro,   IIIe, IVe,   Ve,   liés   aux   vicissitudes   de   l’histoire,   ne   traduisent   aucune   réalité   de   fond.   On   a   vu,   sous   le   même   numéro,   les situations   les   plus   opposées   :   par   temps   d’orages   (Clemenceau   en   1917,   de   Gaulle   en   1961),   le   rêve   démocratique suspend   son   vol,   le   temps   de   sauver   la   République…   Aujourd’hui,   avec   le   quinquennat,   nous   sommes   dans   une   VIe République   de   fait   qui   n’a   jamais   osé   dire   son   nom.   Et   ceux   qui   réclament   ouvertement   une VIe   République   ne   veulent rien   d’autre   qu’un   retour   à   la   IVe…   D’ailleurs,   à   toutes   les   époques   de   turbulences   et   de   violences   latentes,   les constitutions   ont   été   soumises   à   des   sollicitations   plus   ou   moins   brutales,   voire   à   des   viols   répétitifs.   Et   même…   en réunion. C’est Jacques Perret qui qualifiait la constitution de la Ve de marie couche-toi là ! Aujourd’hui,   rien   n’est   plus   banal   que   de   modifier   la   Constitution.   À   la   manière   des   poupées   Barbie,   on   peut   l’habiller au   gré   des   utilités   ou   des   toquades   du   moment.   Des   deux   procédures   prévues,   la   plus   «   démocratique   »   –   la   voie référendaire   –   est   tombée   en   désuétude   car   suspectée   de   servir   la   cause   «   populiste    ».   On   disait   naguère   de   Giscard d’Estaing   :   son   problème,   c’est   le   peuple.   Cela   concerne   maintenant   tous   les   politiciens   de   l’oligarchie   dominante. Leur problème, c’est le peuple… donc, exit le référendum. Heureusement,   il   reste   une   autre   procédure,   celle   qui   permet   de   rester   entre   soi   :   la   réunion   de   l’Assemblée   nationale   et du   Sénat   en   Congrès.   Il   suffit   de   parvenir   à   y   réunir   une   majorité.   Les   sujets   les   moins   propres   à   figurer   dans   une   charte institutionnelle,   pour   peu   qu’ils   correspondent   aux   dernières   lubies   des   lobbys,   peuvent   dès   lors   devenir   prétexte   à révision. La   constitution   se   voit   donc   désacralisée   au   moment   où   s’impose   une   nouvelle   sacralisation,   celle   des   «   valeurs   de   la République    »   et   des   nouveaux   fétiches   sociaux   ou   sociétaux   comme   la   non-discrimination   ou   le   droit   à   disposer   de   son corps.   Une   nouvelle   sacralisation,   soit   dit   en   passant,   parfaitement   discriminatrice   à   l’égard   de   certains   droits   comme   le droit   à   la   vie,   mais   ceci   est   une   autre   histoire.   Il   demeure   que   la   sacralisation   du   pouvoir,   en   France,   a   toujours   eu   pour objet   de   préserver   l’intégrité   de   l’autorité   mise   au   service   du   bien   commun.   C’est   précisément   cela   que   l’on   désacralise aujourd’hui. On   ne   doit   cependant   pas   se   dissimuler   cette   réalité   de   fait   :   aussi   discréditées   qu’elles   soient,   ces   institutions demeurent   un   efficace   instrument   entre   les   mains   de   ceux   dont   l’intérêt   est   de   bloquer   tout   espoir   de   les   réformer   en profondeur.   Par   une   obscure   conscience   de   se   voir   condamné   par   ses   propres   contradictions,   le   système   a   de   lui-même organisé son caractère inamendable. L’objectif   de   fond,   essentiel,   unique,   est   de   conserver   aux   partis   leur   mainmise   sur   la   vie   politique.   Mainmise   sur   les élections   à   tous   les   niveaux   :   les   Français   sont   contraints   à   choisir   leurs   représentants   locaux,   régionaux   ou   nationaux selon   des   critères   essentiellement   partisans   –   et   l’élection   présidentielle   elle-même   n’a   pas   échappé   longtemps   à   cette calamité. C’est là le point essentiel sur lequel nous devons porter le fer. Le colloque Pour un nouveau régime  : un essai de démonstration Le   colloque   Pour   un   nouveau   régime    n’a   pas   été,   on   l’a   compris,   de   ces   colloques   universitaires   où   chaque   intervenant est   essentiellement   attaché   à   développer   ses   idées   personnelles   sur   le   sujet   de   sa   spécialité,   ou   à   faire   la   promotion   sûrement justifiée ! – de son dernier livre. Ici,   au   contraire,   les   interventions   successives   se   sont   enchaînées   selon   une   logique   rigoureuse   et   bien   perçue   par   tous, dans   le   but   d’en   dégager   une   irrécusable   démonstration.Le   fil   en   est   clair   :   la   France   est   «   en   lambeaux    »,   l’évocation de   quelques   grands   sujets   suffit   à   en   apporter   la   preuve   ;   on   ne   sortira   pas   de   cette   situation   en   se   bornant   à   vouloir régler   chaque   problème   isolément   :   il   faut   une   politique   d’ensemble,   et   donc   un   gouvernement   qui   se   mette   au   service exclusif   du   bien   commun,   ce   qui   implique   un   changement   radical   de   régime   politique.   La   première   partie   a   déroulé d’une   manière   rigoureusement   démonstrative   l’ardente   nécessité   d’un   changement   de   régime.   Et   la   seconde   a   exposé les quelques principes de base nécessaires au développement durable d’un nouveau régime. Telle   a   été   la   démarche   collective   de   nos   intervenants.   Ce   qui   ne   signifie   pas   qu’ils   aient   fait   abstraction   de   leur personnalité,   il   eût   été   difficile   d’attendre   cela   d’eux.   Chacun   a   donné   sa   propre   vision   du   sujet   qui   lui   était   proposé   mais, on le constatera, loin de nuire à la force de la démonstration, cette diversité a contribué à l’enrichir. Les huit intervenants du colloque Pour un nouveau régime   Il   est   temps,   maintenant   de   laisser   la   place   aux Actes   du   Colloque   Vauban   I .   C’est-à-dire   de   laisser   s’exprimer   nos   huit intervenants   :   par   ordre   d’entrée   en   scène,   Frédéric   Rouvillois,   Jacques Trémolet   de Villers,   François   Reloujac,   Fabrice Hadjadj, Jean-Baptiste Donnier, Marie-Pauline Deswarte, Pierre Chalvidan et Axel Tisserand. Grâce   à   eux,   de   simple   petit   groupe   de   réflexion   qu’il   était   au   départ,   voilà   le   Cercle   Vauban    devenu   force   de proposition,   et   appelé   à   toucher   un   large   public. Ainsi   ce   colloque   a-t-il   été,   pour   le   Cercle,   un   évènement   fondateur.   Il reviendra à Hilaire de Crémiers d’en tirer les conclusions en évoquant le « mal français  » et son remède.
Cliquez sur la page ci-dessus pour agrandir
Vous pouvez commander ce n° spécial : 150 pages - 20,00 € port compris
LES ACTES DU PREMIER COLLOQUE DU CERCLE VAUBAN
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux