La plupart de ces ouvrages sont chez votre libraire ou dans les catalogues de tous les sites de vente sur Internet.
Bonnes lectures
Cliquez sur les vignettes pour plus de détails
Marc   Fumaroli,   Dr.   ès   lettres, professeur      au      Collège      de France,            historien            et académicien,      a      dirigé      le Centre    d'étude    de    la    langue française    et    de    la    littérature française.    Il    vient    de    publier La   République   des   Lettres    et   a récemment déclaré :
Nous   nous   efforçons,   dans   ce   site,   de   recenser   les   ouvrages   susceptibles   de   provoquer   la   réflexion   si   nécessaire   à l'exercice   d’une   véritable   liberté   de   pensée.   Le   combat   contre   l'idéologie   mortifère,   que   les   technocrates   de   l'Éducation dite nationale tentent d'imposer, passe par là.
“…    La    République,    identifiée    au    démocratisme égalitaire   n'est   plus   qu'un   populisme   trompeur.   Un enseignement    sans    autre    ressort    que    n'en    a    la cacophonie     des     débats     télévisés     a     toutes     les chances    d'être    ressenti    comme    de    second    rayon, voire     humiliant,     par     les     enfants     de     familles défavorisées    et    de    pousser    en    même    temps    à    la désertion   vers   le   privé   ou   l'étranger   les   enfants   de famille     déjà     favorisées     par     la     transmission affectueuse   de   parents   à   enfants.   On   est   parvenu   en France,   au   nom   de   la   chimère   égalitariste   du   même brouet    pour    tous,    à    créer    par    contre    coup    la situation    la    plus    hypocritement    et    brutalement élitiste …   L'un   des   problèmes   majeurs   aujourd'hui   dont   on ne   veut   pas   parler,   est   de   savoir   si   l'éducation   est encore   possible   lorsque   les   enfants,   dès   leur   plus jeune   âge,   sont   pris   en   main   non   plus   par   leurs parents    et    leur    maître    d'école,    mais    par    des smartphones   diffusés   à   une   échelle   vertigineuse   par les compagnies mondiales video-ludiques. L'objectif   de   cette   industrie   n'est   certainement   pas
d'apprendre,   dans   le   sillage   de   Montaigne,   à   se connaître     et     à     former     son     jugement.     Cette immersion     prématurée     dans     un     flux     d'images fascinantes   et   terrifiantes   juxtaposées   les   unes   aux autres,   sans   coordination,   privée   de   sens,   va   encore accroître    l'emprise    sur    les    jeunes    esprits    par    le renfort     de     la     " réalité     virtuelle ",     cousine     de l'hallucination          et          arrière-cousine          des hallucinogènes.     Autant     de     rétrécissements     du jugement    personnel    et    de    la    liberté    individuelle. L'école   doit-elle   être   un   des   vecteurs   commerciaux et   passif   du   numérique   et   du   virtuel   ou   doit-elle être    un    contrepoids    à    ce    puissant    envahisseur collectif   et   un   entraînement   à   retrouver   des   voies du   connaître,   du   sentir,   du   réfléchir   qui   émancipent au    lieu    d'aliéner    ?    Les    instituteurs,    ces    grands émancipateurs,   avaient   la   part   belle.   Ils   avaient   à faire   à   des   enfants   sans   aucun   moyen   d'évasion   que la lecture".
“ L’égalitarisme  conduit à l’élitisme  le plus brutal”
A LIRE
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux