Retour à la liste Retour à la liste
Il   n’y   a   plus   de   politique   française.   Le   spectacle   qu’elle   offre   n’est plus   que   bouffonneries.   En   politique   intérieure,   l’incident   Morano révèle   l’état   de   déliquescence   mentale   de   la   classe   politique.   Ce   que l’on    savait    déjà    depuis    des    décennies,    est    confirmé    :    le    réflexe pavlovien    y    tient    lieu    de    pensée.    Dans    un    cadre    pareil    tous    les objectifs    de    redressement    intérieur    sont    rendus    impossibles.    Une superstructure    partisane,    médiatique,    syndicale,    quelque    50    000 personnes,   avec   tous   leurs   réseaux   d’obligés   et   leurs   clientèles,   fait la    loi    en    France    et    impose    ses    vues.    Cette    superstructure    ne représente   nullement   la   France,   ni   ses   territoires   ni   ses   intérêts   ni   ses populations,    et    elle    prétend    la    gouverner    !    En    revanche,    elle    se nourrit   et   vit   de   la   réalité   française   comme   un   énorme   parasite   qui   en dévore   la   substance   :   les   familles,   les   entreprises,   les   régions,   les territoires,    tout    est    mis    en    coupe    réglée    et    quand    elle    prétend déréguler   et   même   décentraliser   (!),   elle   ne   le   fait   que   pour   mieux asseoir   son   pouvoir   tyrannique   et   en   fait   centralisateur.   Les   partis avec   leurs   idéologies   s’installent   partout   et   dominent   tout,   de   la   ville à   la   campagne,   de   l’administration   aux   professions   !   Les   syndicats   pareillement.   Ce   qui   se   passe   à   Air- France   est   typique   du   mal-être   français.   Ainsi   dans   toutes   les   réformes   ou   prétendues   telles,   territoriales, économiques,   sociales   et                                       «   sociétales    »,   la   superstructure   ne   fait   plus   que   détruire   ;   elle   détruira jusqu’au   dernier   village,   jusqu’à   la   dernière   entreprise,   jusqu’à   la   dernière   famille.   Sa   raison   d’être,   ce   sont les   appareils,   eux   seuls   existent   ;   le   parti,   l’appareil   d’abord   :   voilà   le   mot   d’ordre.   Les   financiers   qui tiennent   médias   et   partis   dictent   leurs   choix.   Des   idéologues   de   pacotilles   enfument   les   esprits.   L’astuce   est de   faire   croire   à   de   grands   combats   :   socialisme,   libéralisme,   droits   de   l’homme   et   tout   ce   qu’on   voudra.   Il   ne s’agit   en   réalité   que   de   conquérir   le   pouvoir,   à   tous   les   niveaux,   afin   de   se   l’approprier.   Ce   n’est   plus   une république,   c’est   une   «   chose   privée    »   avec   ses   gardes-chasse,   ses   vigiles,   ses   sonneurs,   ses   laquais.   Ils   sont tous   si   heureux   de   se   croire   indispensables   et   importants   !   Mais,   répétons-le,   leurs   appareils   dont   ils   vivent, qui   les   promeuvent   et   qui   les   tiennent   –   car   ils   ne   sont   plus   libres   –   ne   sont   que   superstructures   dont   la vacuité   mentale   et   morale   est   inversement   proportionnelle   à   la   lourdeur   physique   et   au   poids   financier   et   qui se   révèlent   de   plus   en   plus   inutiles,   inefficaces,   obsolètes   et   terriblement   contraignantes.   Les   superstructures, en   bonne   théorie   et   en   exacte   pratique,   sont   faites   pour   disparaître   ;   que   ces   messieurs   qui   furent   plus   ou moins   marxistes   ou   saint-simoniens   dans   leur   jeunesse,   veuillent   bien   se   souvenir   des   leçons   qu’ils   ont répétées comme des perroquets ! Une superstructure est faite pour tomber. Ajoutez   à   cette   superstructure   dite   nationale,   la   superstructure   européenne   dotée   des   mêmes   caractéristiques, il   devient   évident   que   la   France   a   perdu   toute   liberté.   Son   droit   a   été   évincé,   ses   intérêts   bafoués,   sa souveraineté   avilie.   L’Allemagne   commande,   au   moins   pour   le   moment.   La   politique   extérieure   française n’est   plus   dictée   par   les   intérêts   propres   de   la   France   ;   les   visions   de   sa   diplomatie   traditionnelle   n’ont   plus cours.   Au   Moyen-Orient   comme   en   Afrique,   la   France   n’agit   plus   selon   ses   données   historiques.   Nous sommes   vassalisés   et   François   Hollande   dans   sa   ridicule   posture   n’a   que   trop   mérité   l’interpellation   de Marine   Le   Pen   au   Parlement   européen.   Cet   homme   qui   est   légalement   le   chef   de   l’État   français,   n’a   aucun sens   de   la   France   ;   son   moralisme   de   façade   ne   fait   que   couvrir   l’imposture   de   son   personnage   qui   s’essaye   à jouer   du   Mitterrand   alors   qu’il   n’arrive   pas   à   la   cheville   du   Florentin.   Mitterrand   connaissait   son   Machiavel. Le cynisme hollandais est du niveau de la petite « frappe  » bourgeoise qui a réussi à devenir chef de gang. Lire   le   livre   de   Philippe   de   Villiers,   Le   Moment   est   venu   de   dire   ce   que   j’ai   vu    (Albin   Michel),   est   un   régal pour   tout   ce   qui   reste   d’esprits   libres   en   France   –   et   ils   sont   plus   nombreux   que   nos   apparatchiks   ne   le croient   !   Il   nous   montre   ces   superstructures   dans   leur   malfaisance   essentielle,   c’est-à-dire   institutionnelle.   Il les   a   expérimentées   ;   il   en   connaît   la   perversité.   Et,   surtout,   il   décrit   –   et   dans   quel   style   !   –   tous   les personnages   de   cet   univers   politico-médiatique   que   le   peuple   français   dans   sa   crédulité   imagine   grands   et   qui sont, vus de près, d’une bassesse à vomir et d’un ridicule à hoqueter. Merci   à   Philippe   de   Villiers   qui   libère   nos   esprits   et,   dans   sa   haute   idée   de   la   France,   ramène   à   leur   juste   et misérable   mesure   les   esprits   faux   et   médiocres   qui,   en   se   servant   des   appareils   et   des   superstructures,   ont régenté et régentent encore notre pauvre pays. À quand sa libération ? Hilaire de Crémiers ( Politique magazine )
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux