Retour à la liste
Tout   le   monde   il   est   beau,   tout   le   monde   il   est   républicain   sans   que   personne   se   demande   sérieusement   ce   que   cela veut   dire.   Et   la   chose   n’est   pas   nouvelle,   si   l’on   en   croit   le petit dialogue imaginé par Proudhon en 1840 : – Vous êtes républicain ? – Républicain, oui ; mais ce mot ne précise rien. Respublica,   c’est   la   chose   publique.   Or   quiconque   veut   la chose   publique,   sous   quelque   forme   que   ce   soit,   peut   se   dire républicain. Les rois aussi sont républicains. Près   de   deux   siècles   plus   tard,   le   mot   «   républicain   »   n’a jamais   été   aussi   envahissant.   Pourtant,   soit   il   s’agit,   comme au   temps   de   Proudhon,   d’un   terme   creux   que   n’importe   qui peut   s’attribuer   ;   soit   d’un   label   construit   sur   la   base   du mythe    républicain    né    durant    l’affaire    Dreyfus,    mais    qui s’avère   si   étroit   que   ni   la   Ve   République,   ni   l’État   de   droit, ni    même    le    pluralisme    ne    peuvent    plus    être    considérés comme   républicains   !   En   somme,   ce   mot   est   un   piège   sans issue,   qui   contribue   immanquablement   à   geler   ou   à   vider   le débat politique.
Frédéric    Rouvillois,    professeur    de    droit    public    à    l’université    Paris-Descartes    où    il    enseigne    le    droit constitutionnel   et   les   libertés   fondamentales,   a   publié   de   nombreux   ouvrages   d’histoire   politique   (Crime   et utopie,   2014)   et   d’histoire   des   mentalités   (Histoire   de   la   politesse,   2006,   Histoire   du   snobisme,   2008).   Il   est membre du comité de rédation du mensuel Causeur.
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux