ALERTE AUX BITERROIS : LA CABM « MALTRAITE » NOS DECHETS ! L’Organisme   de   Médiation   en   Environnement   Santé   et   Consommation   agréée   en   environnement,   devant   la   gestion   calamiteuse   des   déchets,   va   informer   la population   dans   les   réseaux   sociaux   et   dans   le   Journal   de   Béziers   à   l’aide   de   petits   films   décrivant   le   suivi   de   nos   poubelles   jusqu’au   Centre   d’Enfouissement Technique (CET), Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux (ISDND). Un peu d’histoire : Avant 2002, chaque ville autour de Béziers, gérait son approvisionnement en eau, ses transports, le   ramassage et le traitement de ses déchets. Patatrac ! Le 26 mai 2011, l’agglomération est créée afin de pouvoir mutualiser les moyens et permettre dixit « des économies d’échelle ». Ainsi,   la   Communauté   d’agglomération   compte   treize   communes   :   Bassan,   Béziers,Boujan   sur   Libron,   Cers,   Corneilhan,   Espondeilhan,   Lieuran   les   Béziers, Lignan sur Orb, Sauvian, Sérignan, Servian, Valras-Plage et Villeneuve les Béziers, ce qui représente environ 100 000 habitants. D’autres communes doivent rejoindre l’agglomération en 2017. Les déchets : Ici nous n’aborderons que la collecte et le traitement des déchets qui ont été confiés le 26 mai 2011 à l’agglomération. Dans   un   courrier   adressé   au   Maire   de   Béziers   et   Président   de   l’agglomération,   en   date   du   28   novembre   2011,   suite   au   Comité   consultatif   de   l’environnement, nous écrivions : En   liminaire,   nous   participons   depuis   sa   création   à   ce   Comité   qui   n’a   de   consultatif   que   le   nom   ;   le   Larousse   indique   d’ailleurs   pour   le   mot   consultatif   :   «   qui   donne des   avis,   des   conseils   ».   Or,   à   ce   jour,   nous   ne   recevons   aucun   dossier   au   préalable,   qui   nous   permettrait   de   bien   comprendre   les   enjeux   et   de   présenter   des   arguments ou   des   propositions   positives.   A   chaque   réunion   nous   nous   insurgeons   contre   cette   façon   de   faire   mais   rien   ne   change   :   c’est   toujours   la   même   méthode   de   «   livré direct    »   qui   est   utilisée.   Il   nous   est   «   proposé   »   seulement   un   exposé   des   décisions   prises   soit   en   Conseil   Municipal   soit,   plus   grave   car   plus   important,   en   Conseil d’Agglomération. D’ailleurs,   si   nous   avions   été   «   consultés   »   sur   le   projet   de   transférer   la   compétence   déchets   à   l’agglomération,   nous   nous   y      serions   opposés   pour   au   moins   deux raisons et sûrement plus si nous avions été « consultés » afin de bien étudier le dossier. En effet, lorsqu’on agrandit un périmètre d’action c’est en général pour obtenir des économies d’échelles ; or dans ce projet, mal ficellé : - on ajoute le personnel des communes de l’agglomération à celui de la ville de Béziers. -   comme   M   Donnadieu   nous   l’a   indiqué   il   faudra   «   égaliser   »   les   différentes   «   habitudes   »   des   employés   qui   travaillent   entre   28   H   et   35   H/semaine,   on   connait d’avance les résultats sur la rentabilité, - les taux, pour les ménages seront augmentés pour les biterrois pour un service identique. En   fait   l’intérêt   pour   la   ville   c’est   clairement   de   se   débarrasser   de   la   gestion   des   déchets   pour   finalement   la   confier   à   des   intérêts   privés,   ce   qui   ne   manquera   pas   de faire augmenter les coûts d’enlèvement et de traitement des déchets. Suite à la déresponsabilisation des Maires des 13 communes voici les résultats qui étaient prévisibles :   - plus d’élus à rétribuer,   - des employés moins rentables ou plus payés,   -   des   décisions   prises   à   l’unanimité   (curieux   tout   le   monde   est   d’accord)   :   personne   ne   lit   vraiment   les   dossiers   présentés   puiqu’ils   sont   validés   par   des conseils extérieurs et souvent lointains donc compétents ! Quant au service rendu aux usagers :   - des résultats « techniques » piteux ; en 2013 tout le compost a été mis en décharge (vf rapport CSS du 15/12/14).   -   seulement   1   000   composteurs   individuels   vendus   à   10   €,   alors   que   cela   permettrait   6   Kg/habitant/an   de   déchets   en   moins   à   transporter   et   à   trier   soit environ 490 tonnes pour la ville de Béziers.   -   en   2014,   l’UVOM   a   été   arrêtée,   sans   aucune   concertation   des   habitants   et   des   associations   environnementales   et   toutes   les   poubelles,   préalablement triées par les habitants ont été enfouies à l’ISDND (ex CET) dans l’illégalité la plus complète * pendant plus d’un an.   - un fonctionnement désastreux puisqu’à ce jour des travaux sont, encore, en cours !   - seulement 50% des foyers de l’agglomération sont incités au tri,   -   le   comble   :   l’agglomération   confie   à   des   industriels   la   gestion   de   ses   déchets   sans   concertation   du   contribuable.   Une   fois   par   an   un   Comité   (CSS)   très restreint où l’OMESC n’est pas invitée se tient en Sous-Préfecture où l’on dit : « cela va s’améliorer ». Ce   n’est   que   face   à   l’opposition   de   l’OMESC,   du   comité   de   quartier   Badones-Montimas   et   du   MNLE   qu’un   article   paru   dans   Midi-Libre   (19/12/2013)   expliquait aux habitants que cette unité fonctionnant mal, 6 000 000 € allaient être investis pour installer une nouvelle unité. Cette   nouvelle   entité   appelée VALORBI   devait   être   un   modèle   de   performance   selon   l’article   paru   dans   ML   (La Voix   de   son   Maître)   :   «   La   nouvelle   UVOM   sera plus   performante   ».   Il   ne   s’agit   pas   seulement   pour   l’Agglo,   de   moderniser   son   Unité   de   Valorisation   des   Ordures   Ménagères   (UVOM)   vieillissante.   Sa   nouvelle structure      devrait   (heureusement   c’est   du   conditionnel)   permettre   de   pouvoir   valoriser   non   plus   20%   des   41   000   t   de   déchets   réceptionnées,   mais   60   à   70%   ; d’augmenter   le   tonnage   traité   pour   passer   à   62   000   t/an   ;   de   produire   moins   de   compost,   soit   entre   3   000   et   4   000   t   au   lieu   des   7   000   t   produites   jusqu’à   présent,   mais de meilleure qualité répondant à la norme NFU 44051, qui permet entre autres son utilisation en agriculture… Quant au coût :   -   des   appels   répétés   et   dispendieux   à   des   cabinets   conseils   extérieurs   alors   que   la   bonne   gestion   serait   de   se   rendre   dans   des   communes   qui   ont   réussi   à bien traiter leurs déchets.   - plus de 6 millions € dépensés pour construire Valorbi (remplaçant l’UVOM) : un an de travaux, sans amélioration notable.   - des conditions de travail pour le personnel Valorbi « lamentables » ! Jean-Pierre GALTIER Président •   le   Comité   de   défense   Badones-Montimas   et   l’OMESC   ont   déposé   une   action   contre   cette   décision      en   janvier   2014   au   TA   et   la   décision   a   été   rendue   (trois   ans après)   :   «   Il   n’y   a   pas   lieu   de   statuer   sur   les   conclusions   du   Comité   de   défense   des   Hauts   de   badones-Montimas   et   de   l’Organisme   de   Médiation   en   Environnement Santé et Consommation OMESC tendant à l’annulation de l’article 2 de l’arrêté du Préfet du 27 décembre 2013 »
30 janvier 2017
NOTRE DOSSIER SUR LE TRAITEMENT DES DÉCHETS
L’Organisme   de   Médiation   en   Environnement   Santé   et   Consommation,   agréée   en   environnement,   devant   la   gestion   calamiteuse   des   déchets,   continue   d’informer la   population   dans   les   réseaux   sociaux   (puisque   Midi   Libre   ne   le   fait   pas)   sur   le   suivi   de   nos   poubelles   jusqu’au   Centre   d’Enfouissement   Technique   (CET), Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux (ISDND). Traitement des ordures pour les nuls La   poubelle   contient   70%   de   papiers   et   plastiques   et   30%   de   déchets putrescibles (le reste des assiettes et épluchures). Si   les   papiers   sont   contaminés   il   n'est   plus   possible   de   les   recycler   quel   que soit le procédé (on ne peut pas les laver !). Les   déchets   putrescibles   sont   faciles   à   composter   soit   chez   le   particulier (tas   dans   le   jardin,   composteur,   poules,   vers   de   terre   etc.)   soit   dans   des structures basiques. L'installation   d'Aspiran   1   million   €   est   exemplaire   puisqu'on   retrouve   son compost dans les grandes surfaces. Les    déchets    d'emballage    (papier,    plastiques    transparents    et    opaques, métaux)    nécessitent    une    participation    humaine.    L'usine    de   Villeveyrac (bassin de Thau) est financièrement équilibrée car elle recycle beaucoup. Enfin   des   déchets   encombrants   :   en   décharge   (mais   le   vieux   canapé   s'il n'est pas désossé peut être enfoui et ne polluera pas beaucoup). Un peu d’histoire : Avant   2002,   chaque   ville   autour   de   Béziers,   gérait   son   approvisionnement en    eau,    ses    transports    urbains,    le    ramassage    et    le    traitement    de    ses déchets. Patatrac    !    Le    26    mai    2011,    l’agglomération    est    créée    afin    de    pouvoir mutualiser les moyens et permettre dixit l’ancien Président « des économies d’échelle ». Ainsi,    la    Communauté    d’agglomération    compte    treize    communes    : Bassan,    Béziers,Boujan    sur    Libron,    Cers,    Corneilhan,    Espondeilhan, Lieuran   les   Béziers,   Lignan   sur   Orb,   Sauvian,   Sérignan,   Servian,   Valras- Plage    et    Villeneuve    les    Béziers.ce    qui    représente    environ    100    000 habitants. Quelques rappels : Ici   nous   n’aborderons   que   la   collecte   et   le   traitement   des   déchets   qui   a   été confié le 26 mai 2011 à l’agglomération. En   2014,   l’Unité   de   Valorisation   des   Ordures   Ménagères   (UVOM)   a   été arrêtée,    sans    aucune    concertation    des    habitants    et    des    associations environnementales   et   toutes   les   poubelles,   préalablement   triées   par   les habitants   ont   été   enfouies   à   l’ISDND   (ex   CET)   dans   l’illégalité   la   plus complète pendant plus d’un an : Le bilan calamiteux :   -   une   usine   à   6   millions   €   qui,   livrée   en   2014,   ne   fonctionne   toujours pas.   -   seulement   50%   des   foyers   de   l’agglomération   sont   incités   au   tri   et les déchets sont mélangés et deviennent non triables.   -   le   comble   :   l’agglomération   «   maltraite   »   ses   déchets   sans   aucun compte     rendu     sur     la     qualité     du     tri     son     coût     et     sur     l’impact environnemental. Depuis   cette   date,   la   totalité   des   déchets   est   enfoui   à   la   décharge   de   Saint Jean   de   Libron,   ISDND   (prévue   pour   n’accepter   que   des   déchets   ultimes non fermentescibles). Sans   tambour   ni   trompette,   lors   du   Conseil   d’agglomération   du   2   février 2017,   l’élu   en   charge   du   dossier,   avouant   que   VALORBI   (ex   UVOM)   ne fonctionne   pas,   propose   d’externaliser   les   déchets   ménagers   au   SITOM (ponctuellement   !)   pour   un   coût   de   100,69   €/T   X   4   000   t   =   soit   plus   de   400 000 €. Les    goélands    ne    sont    pas    les    seuls    à    se    gaver    alors    que    les    riverains subissent   :   odeurs,   paysage   ragoutant   et   circulation   accrue   de   camions, desquels   s’envolent   papiers   et   plastiques   qui   devraient   avoir   été   récupérés à Valorbi ! L'escroquerie   de   l'agglo   expliquée   aux   goélands   de   la   décharge   et   aux pigeons ! 1- on déclare que les biterrois ne pourront jamais trier convenablement leurs déchets, 2- on prend des « copains experts » qui vous font une usine qui trie tout (6 millions €), 3- on refuse aux associations l’accès aux installations, 4- on demande aux biterrois de trier un peu (sans aucun contrôle) histoire de se donner une touche écolo mais au final tout arrive dans la même filière, 5- tous les élus ont voté pour dépenser plus en externalisant les déchets : 400 000 € de plus ! 6-    on    agrandit    de    4    communes    supplémentaires    (Alignan    du    Vent,    Coulobres,    Montblanc    et    Valros)    la    communauté    d’agglomération    biterroise    ce    qui déresponsabilisera un peu plus chaque commune.
7 février 2017
LES GOELANDS REMERCIENT  la Communauté d’Agglomération Béziers Méditerranée! (CABM)
canton Béziers 1
Henri Bec et Isabelle des Garets  conseillers départementaux