Les anciennes arènes romaines - 5
Réhabilitation du site et archéologie (1987à 2005)
Photo 21 - Fondation de la façade extérieure ouest de l'amphithéâtre
Photo 22 - Observation de l'assise de l'arcade ogivale médiévale
Photo 23 - Observation de l'assise de l'arcade ogivale médiévale
Photo 24 - Fin de la première phase de sondages sur l’Îlot Médiéval
Photo 25 - Observations des traces d'habitats protohistoriques
Vue d'ensemble des zones de sondages et de recherches effectuées, en 1999, entre les immeubles médiévaux conservés en élévation et en cours de réhabilitation dans le respect de leurs constructions et allures d'origines sous le contrôle de plusieurs architectes spécialisés. De rares indices de constructions antiques, essentiellement enfouis au dessous d'humbles restes d'habitations ou d'enclos médiévaux, parsemant les alentours, seront observés dans cette zone lors des fouilles et des sondages archéologiques. **Notes : La rareté des éléments architecturaux antiques observés dans l'ensemble de ce secteur de la colline Saint Jacques témoignent, ici encore, d'une longue durée de pillage des matériaux pouvant être réemployés ou vendus pour bâtir ou entretenir les remparts, bâtiments civils ou religieux, notamment pendant les diverses poussées d'extensions économiques qu'a connu la cité fortifiée du moyen-âge.
Cliché des premiers sondages et fouilles a r c h é o l o g i q u e s exécutés dans la zone de la terrasse de Îlot médiéval, localisée entre le niveau supérieur de la bordure des gradins surplombant l'arène elle même et deux arcades ogivales, toujours en élévation, derniers témoignages d'un ancien grand immeuble médiéval. Ces interventions vont nous apprendre qu'une occupation humaine de la préhistoire n'est que très peu représentée sur cette partie de la colline St Jacques, jusqu'à l'arrivée, aux alentours du Véme siècle avant J.C., d'une population inconnue ou indigène qui occupera ce secteur pendant un temps indéterminé.
La fouille méticuleuse entreprise sur l'espace laissé par la démolition des bâtiments parasites et vétustes apporte les premières preuves attestant la présence d'un peuplement protohistorique, à cet endroit précis, par la trouvaille de divers fragments de céramiques attestés du Véme siècle avant J.C. et mêlés de déchets culinaires étalés parmi les nombreuses traces d'habitations et de silos affleurant le centre d'un large fossé elliptique. **Notes : Il sera également encore confirmé que les indices d'habitations antiques autres que les ruines de l'amphithéâtre, sont généralement étonnamment absents de ce secteur.
Photo 26 - Finalisation des relevés archéologiques sur l'Îlot Médiéval
Relevés et mesures effectués par l'équipe des a r c h é o l o g u e s après un nettoyage méticuleux afin de mettre plus clairement en évidence et en relation l'ensemble des structures et indices mis à jour. En raison de la complexité des enchevêtrements chronologiques des vestiges et indices existants au milieu des bouleversements successifs du terrain, l'opération sera longue et délicate pour établir une interprétation fiable de l'ensemble des découvertes.
Photo 27 - État des sondages en cours en septembre 1999
Cliché du 22 septembre 1999 r a s s e m b l a n t , sur un même niveau de l'îlot médiéval, un a m a l g a m e d'empreintes et de diverses fondations de murs, d'enclos, de silos, de foyers et fosses de déchets culinaires échelonnés sur plusieurs siècles incluant la protohistoire, l'antiquité, le moyen- âge ainsi que le XIXéme siècle
Photo 28 - Vue panoramique de l'arène antique et du jardin en 2006
Photo 28 : Cliché de 2006 exposant la partie basse du coté ouest de l ' a m b u l a c r e elliptique de l ' a m p h i t h é â t r e formant l'assise des immeubles médiévaux qui bordent l'ouest de l'arène et qui, à ce moment, est encore momentanément inaccessible car en attente d'une consolidation avant une réhabilitation interne permettant une future ouverture sécurisée au public en relation avec le musée du Bitterrois et l'Office du Tourisme qui, nous l'espérons, devrait être effective d'ici quelques mois.
Récapitulatif des interventions majeures sur les arènes romaines et l'Îlot Médiéval - 1841, E. Sabatier entreprend les premières fouilles fournissant une base sérieuse pour les études postérieures des vestiges de l'ambulacre. - 1952, J. Gondard fait réaliser des tranchées de sondage sous la partie basse des gradins. - 1984, C. Martinez, procède à une enquête minutieuse des sous sols alentours et propose un premier plan de masse ovulaire des structures de l'amphithéâtre - 1987, Suivi de travaux Place du Cirque, par J-P Wiegant, responsable de la Mission Archéologique de la ville de Béziers, et découverte de portions ruinées de la galerie principale dont une base de pilastre angulaire monolithe en calcaire finement agencé. - 1991, C. Olive, ingénieur archéologue D.R.A.C-S.R.A du Languedoc-Roussillon, réalise un sondage rue du Moulin à l'Huile sur la parcelle LX 320 située à l'est de l'assiette déjà repérée de l'amphithéâtre ou des ruines de démolitions sont atteintes vers 3,50 m de profondeur. La D.R.A.C-S.R.A, fait réaliser une série de sondages électromagnétiques laissant apparaître des portions de structures encore non répertoriées, C. Olive et J.-L Massy, direction du S.R.A, effectuent des investigations dans les caves et les rez-de- chaussées des immeubles médiévaux ceinturant le centre de l'arène et situent ou confirment l'existence de structures antiques. A. Levin, élève géomètre et C. Olive (S.R.A), réalisent un relevé topographique des structures visibles. - 1992/1993, O. Ginouvez archéologue, (Responsable scientifique d'opération pour l'A.F.A.N) et son équipe réalisent une série de sondages archéologiques pour repérer l'impact et le niveau d'enfouissement des vestiges éventuels. Devenue propriétaire, la Municipalité de Béziers fait démolir les garages modernes présents au sud-ouest de l'arène et au devant de l'ambulacre. - 1993/1994, O. Ginouvez (A.F.A.N) et son équipe entreprennent le relevé et la vérification de la stabilité des parties hautes des gradins (Cavea) surmontant la paroi de l'ambulacre. - 1997/1998, O. Ginouvez (A.F.A.N) et son équipe dégagent les fondations des gradins (Cavea) situés au dessus de la paroi sud de l'ambulacre restée en élévation en limite de la terrasse en surplomb regroupant plusieurs immeubles du moyen-âge. Intervention suivie d'une série de fouilles et de sondages archéologiques préalables à l'aménagement du jardin destiné au public depuis la partie sud de l'arène centrale, elle même, jusqu'à la base de la paroi du mur intérieur sud-ouest en élévation de l'ambulacre. - 1999, Une équipe d'archéologues dirigée par C. Olive, (S.R.A.) réunissant D. Ugolini (C.N.R.S.) spécialiste des céramiques protohistoriques, O. Ginouvez et des agents de l'A.F.A.N., J-Paul Wiegant de la Mission Archéologique de la Ville de Béziers, appuyé d'emplois jeunes en collaboration amicale avec plusieurs collègues des Services Techniques Municipaux de la Ville de Béziers, entreprend les sondages sur les parcelles LX 274, 283 et 286 libérées suite au curetage des immeubles vétustes par la S.E.B.L.I. ________________________________ Documents réalisés d'après des archives rassemblées par J-Paul Wiegant (2017)
Images 21 et 22 : Au niveau des sous sols de ce secteur de la terrasse de l’îlot médiéval les vestiges antiques les plus significatifs se résumeront principalement par la mise à jour du soutènement d'une courte section de la fondation, en gros appareil, de l'ancienne façade externe de l'amphithéâtre antique sur laquelle s'appuie une double arcature ogivale médiévale en cours de dégagement pour une compréhension des méthodes employées par les bâtisseurs médiévaux.
Henri Bec et Isabelle des Garets conseillers départementaux