Béziers
Défense et illustration de notre patrimoine
Nous avons l'immense plaisir de vous présenter une étude archéologique réalisée par notre ami Jean-Paul Wiegant , ancien responsable du service archéologique de la mairie de Béziers. Cette étude fera l'objet de plusieurs publications, tant sont importants la documentation et les commentaires. Il est en effet indispensable d'en prendre connaissance avec soin et
attention. Compte tenu de leur intérêt, ces différentes publications qui sont intégrées, tous les quinze jours environ, dans les envois du blog http://cantonbeziers1.hautetfort.com que nos lecteurs connaissent bien, sont reprises ici dans leur intégralité. Trois sites de Béziers sont étudiés : les anciennes arènes, la place de la Citadelle et la basilique Saint Aphrodise.
Les anciennes arènes romaines - 1
Réhabilitation du site et archéologie (1987à 2005)
Les indispensables interventions de sauvetage ou archéologiques menées sur les arènes romaines (l'Amphithéâtre) de Béziers et le quartier Saint-Jacques ont été réalisées dans le cadre du projet de mise en valeur des vestiges du monument romain, suivi de la restructuration du quartier en amont des travaux et, pour ce faire, il était nécessaire d'inventorier chronologiquement les structures caractéristiques existantes ou cachées du monument, dans un but de conservation et d'informations historiques supplémentaires. Ce travail sera réalisé en collaboration avec les architectes des Bâtiments de France et du Secteur Sauvegardé, la S.E.B.L.I. Des fouilles seront exécutées sous le contrôle de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (D.R.A.C.) - Service Régional de l'Archéologie du Languedoc-
Roussillon (S.R.A.) et celui scientifique de Christian Olive, responsable du secteur de Béziers ouest pour l'état. Pour ce faire, C. Olive fera appel à l' Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales (A.F.A.N. qui deviendra l'I.N.R.A.P. Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) conduite par Olivier Ginouvez, responsable scientifique d'opération A.F.A.N. et son équipe, Daniella Ugolini, spécialiste en céramique protohistorique, le Centre National de la Recherche Scientifique (C.N.R.S,), la Mission Archéologique de la Ville de Béziers (M.A.V.B.) administrée par Jean-Paul Wiegant, archéologue auxiliaire chargé de la coordination entre les intervenants et la précieuse collaboration de bénévoles assidus et d'agents des services municipaux.
Plan 01 - Situation des arènes antiques de Béziers
Présentation du monument antique L'amphithéâtre est un monument politiquement romanisé dédié aux spectacles et jeux divers offerts à la population par les dirigeants romains locaux. Il a été construit vers l'an 80 de notre ère, sa forme elliptique est, pour moitié, adossé à la colline St Jacques et il a été majoritairement bâti avec de petits blocs de calcaire (Opus vittatum) dont les joints ferrés semblent avoir été peints en rouge. Les quelques gros blocs de calcaire taillés sous forme de parallélépipède rectangle trouvés sur le site ont été principalement employés pour asseoir les fondations des murs porteurs, des bases de pilastres, des plafonds et des arcades voûtés. Hors le bandeau sculpté courant en sailli au dessus de la moitié supérieure de la galerie principale de circulation de l'ambulacre et les moulures de la seule base angulaire de pilastre qui sera découverte postérieurement aucun autre décor lithique intéressant n'a été remarqué pendant toutes les investigations. L'arène centrale était entourée d'un mur podium qui protégeait les premières rangées de gradins recouvrant des vomitoires et la galerie elliptique (Ambulacre) qui parcourait tout le rez de chaussée sur une hauteur de 5,60 m et une largeur de 3,78 m pour faciliter la circulation interne dans le bâtiment. La façade extérieure, elle aussi elliptique, de l'amphithéâtre (Peut être percée d'arcades ouvertes ?) devait approcher, par endroit, les 17 m de hauteur. Les dimensions approximatives de l'édifice, hors tout, sont de 108,3 m de longueur sur 88,60 m de largeur.
Plan 02 - L'amphithéâtre et les vestiges confirmés
UNE ETUDE ARCHEOLOGIQUE
Le plan 02, réalisé en 1999 par C. Olive, D.R.AC.- S.R.A du Languedoc- Roussillon et O. Ginouvez, archéologue, responsable scientifique de l'opération de terrain pour l'A.F.A.N., présente les structures de l'amphithéâtre antique attestées ou présumées contenues dans la parcelle cadastrale LX de Béziers et met en évidence, rehaussés en noir, les éléments ou vestiges de bâtis confirmés par la synthèse des résultats des opérations de fouilles ainsi que des longues recherches accumulées de 1991 à 1999, dans les rez de chaussées et caves des immeubles du moyen âge, difficilement accessibles, bordant encore actuellement l'arène centrale de l'amphithéâtre. Il sera précisé que la superficie totale de l'amphithéâtre antique de Béziers représentant environ 2051 m2 ne semble pas avoir pu contenir plus de 13700 spectateurs. C'est probablement suite à une extension de la population et du commerce dans la cité avant l'an 80 de notre ère, qu'après avoir profondément entaillé le flanc est de la colline, fut construit cet amphithéâtre comprenant une arène centrale type au monde romain. D'après certains indices cet édifice parait avoir été délaissé autour du IIIéme ou début du IVéme siècle après J-C jusqu'à une nette réoccupation du secteur du XI au XIVéme siècle par une modeste population accompagnée d'artisans divers (potiers, métallurgistes, etc...) qui sera suivie postérieurement d'une forte urbanisation, incluant bâtiments religieux et laïcs, formant aujourd'hui l'ossature actuelle du quartier.
Explication des photos suivantes
1991 / 1992, nettoyage et débarras de l'ancien ambulacre des divers détritus entreposés avec démolition des niches à chien, poulaillers, cabanons parasites obstruant son accès et toutes possibilités d'entreprendre les futurs sondages archéologiques confiés par la D.R.A.C. Service Régional de l'Archéologie du Languedoc- Roussillon à O.Ginouvez, archéologue scientifique de l'A.F.A.N. et à son équipe de techniciens.
Premier sondage profond dirigé en 1992 et 1993 par O. Ginouvez (A.F.A.N.) à l'arrière des garages modernes en béton et à l'aplomb de la paroi intérieure sud, encore en élévation, du vestige de galerie de circulation antique accolée contre le flanc nord de la colline St Jacques. La finalité de ce sondage étant de vérifier l'existence et le niveau d'enfouissement du sol de circulation d'origine dans la galerie principale. Trois mètres de remblais hétérogènes successifs seront péniblement retirés malgré les contraintes apportées par les infiltrations permanentes d'eaux d'infiltration avant de pouvoir enfin atteindre le plus ancien sol de circulation antique, très compacté et parsemé de rebouchages d'entretiens.
Courant 1993, la Municipalité de Béziers, devenue propriétaire, lance la démolition des garages en béton qui défiguraient l'aspect du site et interdisaient l'accès de cette partie des anciennes arènes romaines pour les recherches archéologiques, la création du jardin public municipal et une future ouverture du site aux divers publics.
Henri Bec et Isabelle des Garets conseillers départementaux